IMG-LOGO
Accueil Actualités Amnesty International : ''L’Algérie doit en finir avec sa répression implacable contre toutes l...
Publié le : 10 Février, 2022 - 13:55 Temps de Lecture 2 minute(s) 369 Vue(s) Commentaire(s)

Amnesty International : ''L’Algérie doit en finir avec sa répression implacable contre toutes les formes de dissidences''

IMG

Plus de 300 détenus d’opinion, un parti politique et une association suspendus, deux autres formations qui risquent de connaitre le même sort, un chef de parti condamné à la prison ferme, des militants poursuivis… les chiffres donnant la dimension de la répression qui s’est abattue sur l’Algérie, depuis quelques mois, font froid dans le dos. À cet effet, Amnesty International a appelé les autorités algériennes à cesser sa «répression implacable contre toute forme de dissidence ».

« Les autorités algériennes veulent à tout prix se maintenir au pouvoir et s’efforcent d’écraser leurs opposant·e·s en piétinant les droits à la liberté de réunion, d’association et d’expression. Rien ne justifie de poursuivre des militant·e·s politiques et de suspendre des partis d’opposition », a déclaré Amna Guellali, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord à Amnesty International. Et de poursuivre : « L’Algérie doit en finir avec sa répression implacable contre toutes les formes de dissidence. Le droit international relatif aux droits humains et la Constitution algérienne garantissent les droits à la liberté d’expression et de réunion pacifique pour les partis politiques".

Pour l'ONG, "les autorités doivent cesser immédiatement leurs attaques contre les libertés fondamentales en Algérie».

Amnesty International rappelle également que le droit international relatif aux droits humains "protège le droit à la liberté d’association, qui englobe le droit de former des partis politiques".

« Aucune restriction ne doit être imposée à l’exercice de ce droit, à l’exception de celles prescrites par la loi et nécessaires dans une société démocratique, dans l’intérêt de la sûreté nationale ou de la sécurité publique », indique-t-il. Et d’ajouter : « Organiser des meetings pour débattre de la situation politique ou exprimer des opinions critiques ne doit jamais donner lieu à la suspension ni à la dissolution d’un parti politique ».

Catégorie(s) :

Laissez un commentaire