IMG-LOGO
Accueil Actualités Bordj Bou Arerridj : Le directeur de l’éducation enjoint le personnel des établissements à part...
Publié le : 05 Décembre, 2019 - 14:35 Temps de Lecture 2 minute(s) 1337 Vue(s) Commentaire(s)

Bordj Bou Arerridj : Le directeur de l’éducation enjoint le personnel des établissements à participer à une marche contre l’ingérence étrangère

IMG

Pour les besoins de ses marches montées de toute pièce en faveur de l’élection présidentielle du 12 décembre prochain, rejetée par le peuple algérien dans son écrasante majorité, le pouvoir ne lésine pas sur la mobilisation des «troupes», quitte à politiser l’école.

C’est ainsi qu’à Bordj Bou Arerridj, le directeur de l’éducation de wilaya a enjoint les directeurs des établissements scolaires des trois paliers, «à sensibiliser la famille éducative» afin de participer à une marche prévue pour dimanche 8 décembre. Cette action a pour mot d’ordre «contre l’ingérence étrangère». «J’ai l’honneur de vous demander de mener une campagne de sensibilisation et de mobilisation de l’ensemble des membres de la famille éducative pour venir à la place El Kalâa (Bordj el Mokrani), commune de Bordj Bou Arreridj, le dimanche 08/12/2019, à 08 heures du matin, menés de drapeaux algériens et de slogans de participation à une marche sous le mot d’ordre : Non à l’ingérence étrangère dans les affaires internes de l’Algérie», lit-on dans la correspondance de S. Chihab, envoyée mardi aux directeurs des lycées, des CEM et des écoles primaires.

Quand le pouvoir exploite l’école à des fins politiciennes !

Plusieurs marches ont déjà été organisées par le pouvoir à travers plusieurs wilayas, en soutien au chef d’État-major de l’armée, à l'élection présidentielle et contre l’ingérence étrangère. Des actions qui n’ont pas pu drainer la grande foule. D’où l’implication de différents secteurs à travers des notes internes.

Le 30 novembre dernier, une marche similaire a été organisée à Alger à l’appel de l’UGTA. Mais, malgré l’injonction du ministère de la Jeunesse et des Sport a joué aux associations, la mobilisation n’était pas au rendez-vous.

Désormais, même l’école n’aura pas échappé à l’exploitation politicienne. Alors que le secteur de l’éducation vit au rythme de grèves et de bras de fer entre les syndicats et la tutelle, le pouvoir ne trouve aucun inconvénient à aggraver son cas.

de.jpg

Catégorie(s) :

Laissez un commentaire