IMG-LOGO
Accueil Actualités Bouira : 23 manifestants dont des militants du RCD convoqués par la police à Haizer
Publié le : 04 Mars, 2020 - 15:35 Temps de Lecture 2 minute(s) 1801 Vue(s) Commentaire(s)

Bouira : 23 manifestants dont des militants du RCD convoqués par la police à Haizer

IMG

23 manifestants et militants de la commune de Haizer, région connue pour la lutte radicale et l’implication des ses habitants dans la révolution populaire, ont été convoqués ce matin par la police de la même ville. Parmi eux, figurent plusieurs militants du RCD dont l’ancien maire de cette localité, Chabane Meziane, et les deux militants infatigables, Kaci Bougara et Said Nedjaa.

Haizer, cette commune située à quelques kilomètres seulement du chef lieu de la wilaya de Bouira, a vécu plusieurs événements très violents pendant et après la dernière mascarade électorale. Le maire de cette ville n’a pas attendu longtemps pour rejoindre le mouvement des Présidents d’APC qui ont refusé l’organisation de l’élection présidentielle. Idem pour le peuple qui a fait face à la répression sans égale des forces de l’ordre et l’intimidation de la police qui n’arrêtait pas de menacer de prison, les meneurs du mouvement dans cette région de Kabylie. Les portes de la mairie et de la Daïra ont été scellées par la population, ne laissant aucune chance à la dite élection de se tenir. Le chef de la sûreté a même menacé de poursuivre ces meneurs, chose confirmée aujourd’hui.

23 militants et manifestants, soit un de moins par rapport à 2014, où 24 militants dont la majorité venait du RCD ont été poursuivis pour «atteinte la sécurité de l’État» et «entrave à l’élection présidentielle» qui a donné Bouteflika comme président pour la 4ème fois consécutive. Aujourd’hui, plusieurs d’entre eux sont, aussi, poursuivis par Terrebonne, et pour certainement les mêmes raisons, lui qui prétend combattre Bouteflika et sa bande !

Les militants contactés ignorent encore les motifs de ces convocations, mais ils assurent que «cela ne les empêchera pas de continuer le combat pour le changement radical du système». «Nous n’avons pas peur de leurs prisons. Nous n’allons pas baisser les bras. La révolution continue», affirment-ils pour l’Avant-Garde Algérie, joints par téléphone.

Catégorie(s) :

Laissez un commentaire