IMG-LOGO
Accueil Actualités Contestation sociale: le PT dénonce la réaction du gouvernement
Publié le : 05 Mai, 2021 - 20:56 Temps de Lecture 2 minute(s) 450 Vue(s) Commentaire(s)

Contestation sociale: le PT dénonce la réaction du gouvernement

IMG

Le parti des Travailleurs a séverement réagi à la réponse du gouvernement face à la contestation sociale qui secoue le pays depuis plusieurs semaines. 

« Ce qui a poussé les centaines de milliers de fonctionnaires à investir la rue et à se mettre en grève ce sont avant tout les conditions de vie devenues insupportables à cause du chômage massif, des salaires impayés, des licenciements, de l’érosion sans précédent du pouvoir d’achat, de l’augmentation vertigineuse des prix des services et marchandises, de la liquidation d’entreprises économiques, de l’abandon des travailleurs des entreprises des oligarques emprisonnés, du gel des salaires et des promotions des fonctionnaires depuis plusieurs années…», estime le PT dans un communiqué diffusé ce mercredi, sur sa page Facebook. Et de poursuivre: «En manifestant ou en se mettant en grève, les médecins, les enseignants, les fonctionnaires des impôts, les agents de contrôle du commerce, les postiers, les pompiers, les éleveurs, les paysans, les petits commerçants, les étudiants, les chômeurs et les larges couches de la population paupérisées n’ont fait qu’exercer leurs droits fondamentaux. Ils s’adressent aux institutions de l’Etat et à leurs tutelles pour poser leurs revendications légitimes.»

Dans son communiqué, le parti des Travailleurs, a évoqué pour l'exemple le mouvement de protestation des sapeurs pompiers, violemment réprimé dimanche dernier, à Alger. «La manifestation des agents de la protection civile le 02 mai dernier, intervenue une semaine après des sit-in devant les directions de wilaya de ce corps d’Etat, ne devait en aucun cas être réprimée. Les pompiers en se dirigeant vers leur direction générale pour apporter leurs revendications n’ont fait qu’exercer leurs droits démocratiques. La répression, l’annonce de la suspension de 230 agents et l’accusation infâme d’être actionnés par des parties étrangères à un corps aussi sensible que celui de la protection civile ont provoqué l’émoi dans tout le pays et une large sympathie et solidarité à leur égard. Le point de rupture est atteint. Cette dérive grave intervient au même moment où le Président Teboune a ordonné ses ministres à privilégier ''le dialogue dans la gestion des conflits sociaux''», fustige-t-il.

«Dérives totalitaires et atteintes aux droits de l'homme»

Le PT a également dénoncé «le recours à la répression, aux interpellations et aux condamnations arbitraires prononcées contre des militants, des manifestants, blogueurs, journalistes, penseurs… », estimant qu'il n'y a aucun doute que ce sont «ces dérives totalitaires, les atteintes aux droits de l’homme, l’appauvrissement des populations…qui ouvrent la voie aux manipulations étrangères, aux mains étrangères.»

«Ce sont ces dérives dangereuses qui constituent un vivier à toutes les manipulations pouvant porter atteinte à la stabilité et à la sécurité nationales», soutient-il.

Catégorie(s) :

Laissez un commentaire