IMG-LOGO
Accueil Actualités Coup de gueule de Ghilas Aïnouche, menacé de mort pour un dessin de presse
Publié le : 31 Juillet, 2022 - 13:50 Temps de Lecture 4 minute(s) 2431 Vue(s) Commentaire(s)

Coup de gueule de Ghilas Aïnouche, menacé de mort pour un dessin de presse

IMG

La liberté d'expression est le fondement de toute démocratie. Vu que ce n'est pas le cas en Algérie, je tiens à partager ce coup de gueule afin de dénoncer la fausse polémique créée par le troupeau malade du pouvoir algérien sur mon dessin, parlant de république bananière, publié sur mon compte Twitter.

Le pouvoir ne vit que de polémique et de faux problèmes. "Quand le sage désigne la lune (les vrais problèmes), l'idiot regarde le doigt. Là, c'est pareil ! C'est un dessin de presse comme les autres, sauf que cette fois-ci, le pouvoir algérien a envoyé en force son armée de " mouches électroniques ". voici le lien de mon compte Twitter afin de lire les commentaires : https://twitter.com/GhilasAinouche

J'appelle mes abonnés, les journalistes, les universitaires, les politiciens, les curieux,... Enfin, tout le monde afin de voir, de lire, d'analyser et de décortiquer les commentaires haineux et violents des mouches électroniques employés par le régime algérien. ça va vous aider à comprendre l'état d'esprit, le fonctionnement des dirigeants et la situation actuelle de l'Algérie. C'est un résumé précieux pour comprendre ce régime mafieux qui gouverne en ce moment avec sa politique de tolérance zéro.

Menaces de mort, montages photos et vidéos indécentes, chantages, intimidations. Le régime algérien a mis tous ses moyens afin d'empêcher toute liberté d'expression et liberté d'opinion pour étouffer les critiques ainsi que toute voix dérangeante et dissidente. Une mobilisation hallucinante, avec beaucoup de moyens, beaucoup de personnes, beaucoup de temps et beaucoup d'énergie : Tout ça pour instaurer un État de droit ? Un Etat démocratique ? Pour trouver les solutions aux problèmes du pays et de son peuple ? pour le sortir le pays de la crise, de sa médiocrité et de son sous-développement ?... Non, non, évidemment que non ! C'est pour attaquer un simple dessinateur, comme ils l'ont déjà fait auparavant avec des méthodes différentes : licenciement, tabassage par des policiers, convocation en justice, convocation par les services de sécurité, intimidation, chantage, blocage du passeport, boycott par les médias,... Tout ça pour des dessins ! Les méthodes sont différentes, mais le but est toujours le même !

Le pouvoir fait tout pour instaurer un climat de peur, de terreur... Après l'emprisonnement des détenus d'opinion et politique, la fermeture du journal Liberté et bientôt El Watan. Tous les opposants, artistes, journalistes, libres penseurs... sont réprimés, fragilisés, marginalisés, emprisonnés, assassinés ou poussés à l'exil. Avec leur politique de formatage général, les décideurs algériens veulent instaurer, en plus de la censure généralisée, une autocensure permanente dans la tête de chaque personne afin d'instaurer une pensée unique pour mieux gérer, voler les richesses du pays et bien profiter du climat de dictature installée.

" Vive l'Algérie ", " vive le président ", " vive l'armée ", " vive les chouhadas ", " vive le drapeau ", vive... vive... Ce n'est pas avec des slogans creux qu'on va bâtir un pays ! ce n'est pas ces slogans qui vont nourrir les familles qui souffrent de l'inflation ! Ce n'est pas avec ces slogans qu'on va avoir un avenir meilleur ! Ce n'est pas avec ces slogans qu'on va sortir de la crise ! Ce n'est pas avec ces slogans qu'on va avoir une vie meilleure ! Ce n'est pas avec ces slogan que les pauvres citoyens vont arrêter la " harga " !

Y a une différence entre caricaturer un drapeau d'une manière artistique, humoristique afin de dénoncer quelque chose, et le fait de dégrader, de jeter, de brûler ou d'utiliser de façon indécente un drapeau.

Y a des centaines de dessinateurs dans le monde qui ont caricaturé leurs drapeaux et ceux des autres, y compris moi-même. Pourtant, ce n'est pas la première que je caricature le drapeau algérien afin de dénoncer quelque chose qui ne tourne pas rond dans le pays. Mais je n'ai jamais eu de problème ! Alors, Pourquoi aujourd'hui ? pourquoi maintenant ? Pourquoi ne pas s'inspirer de certains pays développés ? Malgré les divergences culturelles et linguistiques, il n’existe pas de délit de blasphème. La jurisprudence protège le droit à l’excès, à l’outrance et à la parodie lorsqu’il c'est fait à des fins humoristiques. Malheureusement, en Algérie, on importe seulement les défauts des autres, pas les qualités !

FYwkmVUUsAYUQzx.jpg

La liberté d'expression permet de vivre librement. Grâce à elle, on peut dénoncer tous les abus et tout ce qui ne va pas dans la société afin d'améliorer notre quotidien et notre vie. L'Etat doit être le premier à défendre ce droit précieux. Sans liberté d'expression, c'est la soumission. Sachez que le dessin de presse n'est pas seulement mon métier, c'est ma passion. C'est ma raison d'être depuis mon plus jeune âge. J'aime ma passion plus que tout autre chose. Alors, ce n'est ni avec le chantage, ni avec les menaces, ni avec cette campagne de dénigrement que je vais reculer ou arrêter mais bien au contraire, ça démontre que je suis sur la bonne voie, ça me motive davantage et ça ne fait que me renforcer dans mes conviction pour faire encore plus et mieux.

Y a ma conscience et l'histoire qui vont me juger. Y a que ça qui me fait peur. Alors, je ne dois pas me soumettre ou dévier de mon combat noble, car ma conscience ne va pas me le pardonner et l'histoire non plus. Je dessine ce que je veux, selon mon inspiration et avec la seule limite qui est celle de mon imagination. Personne ne m'impose quoi que ce soit à dessiner. J'ai toujours été objectif, intègre, indépendant... Je ne suis jamais rentré dans un moule, dans un parti politique ou autre mouvement... Pour moi, c'est ça un libre penseur et c'est comme ça qu'il doit être.

Le pouvoir algérien doit cesser cette mascarade, s'attaquer à toutes les voix discordantes. Il doit libérer immédiatement, et sans condition, tous les détenus d'opinion et politiques injustement emprisonnés pour avoir exprimé pacifiquement leurs idées et opinions.

Catégorie(s) :

Laissez un commentaire