IMG-LOGO
Accueil Actualités Des étudiants violemment réprimés à Béjaïa
Publié le : 16 Mars, 2021 - 16:20 Temps de Lecture 2 minute(s) 420 Vue(s) Commentaire(s)

Des étudiants violemment réprimés à Béjaïa

IMG

Ce matin, vers 10 heures, plusieurs dizaines d’étudiants de l’université de Béjaïa ont été violemment réprimés par les forces de l’ordre, alors qu’ils s’apprêtaient à rejoindre la marche hebdomadaire prévue chaque mardi. Un blessé est à déplorer, selon des sources locales qui ont également fait part de l’arrestation d’une dizaine d’autres, au niveau de la place Saïd Mekbel, qui ont fini par être relâchés dans la journée.
La veille, un débat populaire prévu sur la même place a été interdit et plusieurs militants dont Yanis Adjlia, Faiçel Hamat et Athmane Djaafri, interpellés.

Cette recrudescence de la violence policière contre des manifestants pacifique a provoqué une vague d’indignation au sein de la classe politique notamment. Dans un communiqué diffusé ce mardi, le RCD a condamné «cette violence des forces de sécurité» et a exprimé son «soutien à la communauté universitaire». Pour le parti de Mohcine Belabbes, «cette escalade dans la violence contre les manifestants pacifiques est de la seule responsabilité du pouvoir».

Tout en condamnant la répression qui s’est abattue sur la communauté universitaire à Béjaïa, le militant démocrate Fatah Razik, estime, en revanche, qu’il est temps de s’«organiser et de se doter d’une charte politique» car selon lui, «si le relâchement se poursuit, il nous coûtera excessivement cher». «Sans la force du nombre, les manifestants continueront à en pâtir de la violente répression que prépare le pouvoir comme seule réponse à leurs aspirations», estime-t-il. Et d’ajouter : «La situation que nous traversons est cruciale. Elle profite, non seulement au pouvoir, mais à toutes les courants rétrogrades existant dans la société, y compris au sein du mouvement et dans le camp des prétendus démocrates. Il y a des forces hostiles au changement et qui veulent que la contestation cesse. C’est pourquoi, le seul salut du mouvement sera son organisation et son programme politique clair.»

Catégorie(s) :

Laissez un commentaire