IMG-LOGO
Accueil Actualités En réaction à l’éditorial de la Revue d’El Djaïch : l’amour de l’Algérie ne se négocie ni aux É...
Publié le : 06 Mai, 2020 - 23:30 Temps de Lecture 2 minute(s) 10167 Vue(s) Commentaire(s)

En réaction à l’éditorial de la Revue d’El Djaïch : l’amour de l’Algérie ne se négocie ni aux Émirats, ni au Qatar, ni dans une banque Suisse

IMG

Dans la course à l'indignité, le talent d’écriture ne s'invente pas. Il y a ceux qui l’aplatissent sur une feuille tout comme ceux qui se mettent à plat-ventre devant leurs maîtres.

Allons Harkis de la patrie, votre jour de deuil est arrivé. J'ai encore la nostalgie des quelques rares talentueux éditoriaux de El Djeïch qui défendaient encore la République face à l’intégrisme et s'interdisaient sur papier de se mêler de politique sauf pour clouer le bec aux liberticides en herbe et en armes. Ces éditoriaux qui considéraient que l'intégrisme ne pouvait se dissoudre dans la démocratie et qui appelaient à la lutte contre le terrorisme et sa matrice politique, l’intégrisme. Depuis, du pétrole a coulé sous les ponts. Bouteflika a amnistié les assassins. Les Patriotes sont devenus des traîtres. Les dictateurs, leurs cousins intégristes et leurs frères racistes sont devenus les valeurs sûres de la nouvelle Algérie.

Toi, petit scribouillard ! Dis bien à tes maîtres que je ne serai jamais un harki même dans leurs rêves les plus fantasques. Dis bien à tes maîtres que l'odeur des égouts n'atteint jamais la cime de la montagne. Dis bien à tes maîtres que le jour ou on me proposa un poste se secrétaire général, je répondis qu'en Algérie, on est soit secrétaires soit Général ! Vous avez décidé d'être les secrétaires de nos destins tout en spoliant vos postes de Généraux.

C'est désormais fini ! Le peuple a sifflé la fin de la partie. Vous soufflez vos dernières bougies. Aboyez vos insultes. Déversez votre venin. Travestissez la justice. Le slogan de Abane et ben M'hidi vivra : Madaniya, machi 3askariya ! Mes valeurs patriotiques et mon amour de l’Algérie viennent de tréfonds de cette terre. Ils viennent des actes de résistance de ma mère face au colon, de mon père combattant qui a connu les geôles de De Papon avant de connaître celles de la Sécurité Militaire et de ces montagnes qui n'ont jamais trahi le serment.

QASSAMEN ! Contrairement à vous, qui se planquaient derrière vos chars squattés illégitimement, notre Algérie n'est ni un puits de pétrole, ni un billet de banque. Son amour ne se négocie ni aux Émirats, ni au Qatar, ni dans une banque Suisse. Elle est dans nos cœurs et dans notre sang. Elle se conjuguera en Liberté et bâtira des Libertés sans vous et malgré vous. Notre Algérie vivra debout, plus jamais au garde-à-vous.

Laissez un commentaire