IMG-LOGO
Accueil Actualités Grève nationale des avocats les 30 septembre et 1er octobre
Publié le : 28 Septembre, 2020 - 16:00 Temps de Lecture 2 minute(s) 584 Vue(s) Commentaire(s)

Grève nationale des avocats les 30 septembre et 1er octobre

IMG

L’Union nationale des ordres des avocats (UNOA), a décidé d’observer une grève nationale de 48 heures, les 30 septembre et le 1er octobre, pour dénoncer «les atteintes au droit de défense» et en signe de «solidarité avec le barreau d’Alger».

Le décision de l’UNOA fait écho à un mouvement de protestation du barreau d’Alger, vendredi et samedi derniers, à la suite d’un incident survenu le 23 septembre au niveau du tribunal de Sidi M’hamed, entre le président de la chambre d’accusation et le bâtonnier Sellini.

«Ce qui s’est passé au tribunal de Sidi M’hamed est un grave précédant qui n’aurait jamais dû avoir lieu, si le président de la chambre s’était contenté de lever l’audience et appliqué l’article 25 de la loi organique des avocats», dénonce l’UNOA dans un communiqué publié ce lundi 28 septembre 2020. Et d’appeler le ministère de la justice de faire toute la lumière sur cette affaire. Pour rappel, le président de la chambre d’accusation avait refusé d’accéder à la demande du bâtonnier Sellini portant report de l’audition de son défendeur à savoir Mourad Oulmi. S’en est suivi une altercation verbale entre les deux antagonistes où Sellini finira par être conduit au CHU, après avoir fait un malaise.

L’Union nationale des ordres des avocats rappelle dans ce sillage, que le droit à la défense est un «droit consacré et de fait inviolable». «Quelques soient les circonstance ou la nature des charges retenues contre lui, l’accusé a droit de bénéficier d’une défense et d’un jugement équitable tel qu’il est stipulé par les chartes internationales signées par l’Algerie», précise-t-on.

Enfin, l’UNOA s’élève contre les procès à distance, un dispositif « qui fait perdre à la justice toute sa valeur humaine », et appelle à l’appliquer que « dans les cas exceptionnels », car affirme-t- elle, « l’accusé a le droit de comparaître physiquement et d’interagir avec la juridiction compétente ».

Catégorie(s) :

Laissez un commentaire

S'abonner à notre Bulletin d'Informations

Chaque week-end, recevez le meilleur de l'actualité et une sélection d'événements en vous inscrivant à notre bulletin d'informations.