IMG-LOGO
Accueil Actualités Le journaliste Mustapha Bendjema de nouveau devant le juge d’instruction
Publié le : 16 Mai, 2020 - 18:45 Temps de Lecture 2 minute(s) 1143 Vue(s) Commentaire(s)

Le journaliste Mustapha Bendjema de nouveau devant le juge d’instruction

IMG

Le combat pour la liberté de la presse a encore de beaux jours devant lui. Les menaces contre les journalistes indépendants prennent des formes des plus pernicieuses. S’ils ne sont pas emprisonnés, ils sont poursuivis ou harcelés parce qu’ils ont usé de leur droit d’informer en toute liberté, garanti par la constitution.

Mustapha Bendjema est de fait, l’un de ces journalistes dont les déboires avec la justice n’en finissent pas, et ce, depuis l’avènement de la révolution du 22 février 2019. Le rédacteur en chef au quotidien Le Provincial sera entendu par le juge d’instruction près le tribunal de Annaba, a-t-on appris auprès du comité national pour la libération des détenus (CNLD). «Son avocat a été destinataire d’un SMS, lui notifiant la convocation de son client pour le 18 mai, en attendant que celle-ci lui parvienne par écrit», précise le CNLD. Le journaliste est poursuivi en vertu de l’article 96 du code pénal qui punit de «6 mois à 3 ans de prison», «l’exposition au regard du public de tracts, bulletins et papillons de nature à nuire à l'intérêt national». La convocation de Mustapha Bendjema intervient dans le sillage d’une enquête au sujet d’une publication sur Facebook, en avril 2019, dans laquelle le journaliste a «exprimé le souhait, en ma qualité de simple citoyen, inquiet pour l'Algérie, de voir l'armée nationale populaire (ANP) maintenir ce cap et rester aux côtés de son peuple». «J'ai aussi exprimé le souhait que l'armée s'exprime franchement dans ce sens afin que nul n'ait plus aucun doute sur les intentions de l’institution militaire»*, a-t-il affirmé.

Convoqué dès mars, Mustapha Bendjema avait déjà été auditionné une première fois, le 4 mars 2020, par le juge d’instruction de la première chambre d'instruction du tribunal d'Annaba, lequel a décidé de son palcement sous contrôle judiciaire. Le journaliste a été également frappé d’une interdiction de sortie du territoire national (ISTN). Cette affaire vient se greffer à une autre pour laquelle le journaliste est également poursuivi en vertu de l’article 96 du code pénal. Le 3 mai, journée mondiale de la liberté de la presse, M. Bendjema est destinataire d’une notification de la justice, l’informant que l’affaire dans laquelle il est poursuivi a été «renvoyé devant le tribunal correctionnel de Annaba». «Je suis poursuivi pour une publication où je dénonçais le déphasage entre le discours officiel et la réalité du terrain en matière de liberté de la presse», indique-t-il.

Les faits remontent au 22 octobre 2019, journée durant laquelle Mustapha Bendjama avait publié «un rapport de police», le citant et qui affirme que «les forces de l'ordre d'Annaba suivent et poursuivent les activités des journalistes "comme s'ils étaient de vulgaires criminels"». Le lendemain, son domicile ainsi que la rédaction du journal où il travaille sont perquisitionnés et le journaliste arrêté.

Pour rappel, Mustapha Bendjama a été relaxé par le tribunal d'Annaba, le 2 février, après avoir été mis sous contrôle judiciaire, placé sous ISTN et interdit de participer aux manifestations populaires. Par ailleurs, il est poursuivi dans deux affaires qui sont aux mains du juge d’instruction, alors que trois autres ont été renvoyées devant le parquet.

Catégorie(s) :

Laissez un commentaire