IMG-LOGO
Accueil Actualités Le procès du général Hocine Benhadid reporté au 23 octobre prochain
Publié le : 15 Octobre, 2019 - 18:30 Temps de Lecture 3 minute(s) 905 Vue(s) Commentaire(s)

Le procès du général Hocine Benhadid reporté au 23 octobre prochain

IMG

Accusé d’«atteinte au moral de l’Armée et d’atteinte à la sécurité de l’État» pour sa dernière contribution parue dans El Watan, le 24 avril 2019, selon ce qui est dit dans son dossier, le général à la retraire, Hocine Benhadid, a été interpellé le 12 mai dernier et placé, depuis, sous mandat de dépôt à la prison d’El Harrach.

Sauf que tout laisse croire que ce ne sont pas les vraies raisons de son incarcération. Ces proches collaborateurs politiques affirment que «cette dernière a été prise individuellement par Gaïd Salah, qui a instruit la justice de le mettre en prison». Ses révélations publiques sur les vraies intentions du Chef d'État-major avant, même, la démission de Bouteflika, son allégeance à des forces extérieures, dont les Émirats Arabes Unis ainsi que ses prises de positions frontales contre lui et son franc parler lui ont coûté une deuxième détention.

La première date de septembre 2015. Hocine Benhadid a été placé sous mandat de dépôt à El Harrach pour «entreprise de démoralisation de l’armée», à la suite d’une interview accordée à Radio M où il a fait plusieurs révélations sur Gaïd Salah et Said Bouteflia. Il n’a été libéré provisoirement qu’après plus de neuf mois de détention pour raison de santé, en juillet 2016. En mars 2018, il a été condamné par le tribunal correctionnel de Sidi M’hamed à «une année de prison avec sursis et une amende de 20 000 DA».

La deuxième est survenue après une interview, et non une contribution, accordée par le général à El Watan Week-end, l’hebdomadaire d’El Watan, dans son édition du 8 mars 2019, où il a, entre autres, révélé ses liens avec les Émirats Arabes Unis et met en garde contre une allégeance «aveuglée» de Gaïd Salah, qu’il appelle «le Sergent Garcia», à ce pays du golf et ses alliés. Ce n’est pas tout. Le général Benhadid constituait, selon sa vision des choses, la troisième force, en dehors de celle de Gaïd Salah et de Toufik. Une troisième voie qui a adhéré délibérément à la révolution du peuple depuis ses débuts et qui a vu venir le danger de Gaïd Salah. Selon ses proches, «le général Benhadid a tout fait pour lui barrer la route, en vain». «Gaid Salah a pris sa revanche. Il a réglé ses comptes notamment avec Benhadid dès qu’il a pris les règnes du pays», confient-il.

Incarcéré pour la deuxième fois malgré son état de santé déplorable et fragile, il faut savoir que le général Hocine Benhadid a beaucoup de mal à marcher et à parler. Atteint de plusieurs maladies, depuis sa dernière détention, il a refusé de se soigner à l’étranger. A vrai dire, même l’État, notamment son institution militaire, sensé le prendre en charge après sa retraire, ne lui a jamais proposé son aide, accordée même aux chefs de daïras, à l’époque. Il a préféré rester en Algérie et affronter son destin.

Son état de santé s’est compliqué depuis sa chute en prison. Hocine Benhadid s’est fracturé le bassin en allant prendre sa douche. Emprisonné pour ses idées et son opposition à Gaïd Salah, il fait partie, aujourd’hui, des dizaines de détenus politiques et d’opinions, placés injustement en détention provisoire à El Harrach et dans d’autres prison du pays.

Son avocat, me Bachir Mecheri, affirme que son état de santé ne lui permettant pas de se présenter devant la justice, son procès est, désormais, reporté au 23 octobre prochain.

Catégorie(s) :

Laissez un commentaire