IMG-LOGO
Accueil Actualités Les Forces de l’alternative démocratique dénoncent la violence exercée contre les étudiants et...
Publié le : 09 Octobre, 2019 - 18:00 Temps de Lecture 2 minute(s) 770 Vue(s) Commentaire(s)

Les Forces de l’alternative démocratique dénoncent la violence exercée contre les étudiants et soutiennent les victimes de la répression et de l’injustice

IMG

«Au lieu de se rendre à l’évidence et se plier à la volonté de la majorité du peuple qui réclame, sans discontinuité depuis bientôt 08 mois, le départ du système, le pouvoir de fait accentue la répression tous azimuts contre tous ceux qui ont un point de vue différent», s’indignent les Forces de l’alternative démocratique, dans un communiqué rendu public aujourd’hui.

C’est du jamais vu depuis le début de la révolution populaire, en février dernier. Les forces de l’ordre ont été d’une violence sans précédent, hier, contre étudiants pacifiques à Alger. Des centaines de personnes ont été embarquées dont plusieurs étudiants, des journalistes et d’autres manifestants qui se sont joints, très tôt, à l’action. Ces derniers ont été tous libérés le soir, sauf un groupe de cinq jeunes dont un étudiant de l’université de Bab Ezzouar, Fouad Bachene, connu par son engagement dans le mouvement estudiantin. Ces derniers ont été tous placés en garde à vue et présentés ce matin devant le juge d’instruction, près le tribunal de Bab El Oued.

Autres cas. Le jeune Amazigh Semmani, originaire de Toudja (Béjaïa), vient d’être condamné à «une année de prison ferme» par le tribunal de Constantine. En visite touristique dans les ruines de Cirta, Amazigh a été interpelé le 18 septembre dernier pour avoir pris avec lui le drapeau Amazigh. Un autre citoyen de Djelfa a été lui aussi condamné à «une année de prison ferme» pour avoir protesté contre l’installation, de ce que qualifient les force de l’alternative démocratique, d’une «pseudo-commission» de wilaya de contrôle des élections. Et les cas sont multiples.

Les forces de l’alternative démocratique expriment leur solidarité indéfectible avec les victimes de la répression. Elles condamnent, aussi, l’encerclement des universités d’Alger par les services de sécurité afin d’empêcher la communauté universitaire d’exprimer sa solidarité avec les détenus, ce qui était le cas ce matin à l’université de Bab Ezzouar.

Les forces de l’alternative démocratique appuient le rejet populaire du simulacre scrutin présidentiel prévu pour le mois de décembre prochain. Elles expriment leurs vives préoccupations sur des conséquences fâcheuses suite à ces développements gravissimes et exigent l’arrêt immédiat de toutes les mesures répressives.

Concernant les travailleurs et journalistes de la radio qui ont rendu publique, hier, une communiqué dans lequel ils dénoncent la censure et la main mise sur l’information par leurs responsables, les forces de l’alternative démocratique saluent l’attitude courageuse des journalistes de la radio nationale qui refusent, préciseent-elles, la censure et la tutelle «policière» exercée sur leur noble mission de service public. Les forces l'alternative démocratique réitèrent, dans le même communiqué, leur appel aux magistrats afin de se libérer de l’emprise du pouvoir de fait sur l’appareil judiciaire.

Catégorie(s) :

Laissez un commentaire