IMG-LOGO
Accueil Actualités L’humoriste Makhlouf Zemmour, dit Mikmik, convoqué par la police judiciaire de Tizi Ouzou
Publié le : 15 Mai, 2020 - 18:55 Temps de Lecture 2 minute(s) 11666 Vue(s) Commentaire(s)

L’humoriste Makhlouf Zemmour, dit Mikmik, convoqué par la police judiciaire de Tizi Ouzou

IMG

Il n’est pas à présenter, notamment en Kabylie, Makhlouf Zemmour, dit Mikmik, humoriste, a été convoqué par la police judiciaire de la Daïra de Ouadhias, sa région natale, dans la wilaya de Tizi Ouzou.

Invité, hier, pour réagir en direct à cette affaire sur la page facebook de l’Avant-Garde Algérie, Mikmik assure qu’«il ignore encore ce que la police lui reproche». «Visiblement, ce que je fais et dit les dérange. Le pouvoir de Boutebboune (Tebboune) veut étouffer la libre expression. D’ailleurs, je ne suis pas le seul. Plusieurs dizaines de jeunes activistes ont été poursuivis pour des écrits ou des images diffusés sur les réseaux sociaux. Beaucoup d’entre eux ont fini en prison. Ce que le pouvoir est en train de faire est terrible. Mais c’est ce qui précipitera sa déchéance», espère Mikmik.

Si la convocation de Mikmik n’a pas étonné ses fans, celle de ses parents en a choqué plus d’un. En effet, la police a même convoqué son père décédé et sa maman, épuisée par l’âge. «La police a d’abord convoqué mon père décédé, il y a plusieurs années, et ma mère, qui n’a aucune relation avec le mouvement populaire, les réseaux sociaux ou avec ce que je fais. Les détenteurs du pouvoir qui me veulent du mal ont même menacé de convoquer toute ma famille ! Ont-ils une dignité ? Aucune !» dénonce Mikmik.

Pour rappel, Mikmik a été interpellé à Tizi Ouzou, lors d’une marche du vendredi, en août dernier. Il était en vacances en Kabylie où il a subi un interrogatoire qui s’est soldé sur la signature d’un Procès-verbal de la police de la ville de Tizi Ouozu. Interrogé sur la suite à donner à cette convocation, Mikmik affirme pour l’Avant-Garde Algérie qu’«il ne se présentera pas auprès de la police judiciaire» et qu’«il continuera à critiquer le pouvoir et à exprimer ses opinions à travers la satire». «Rien n’arrêtera le peuple dans sa marche vers la liberté et l’indépendance», assure-t-il.

Laissez un commentaire