IMG-LOGO
Accueil Actualités Monseigneur Teissier : constance et fidélité /Par Dr Saïd Sadi
Publié le : 02 Décembre, 2020 - 13:15 Temps de Lecture 2 minute(s) 768 Vue(s) Commentaire(s)

Monseigneur Teissier : constance et fidélité /Par Dr Saïd Sadi

IMG

Monseigneur Teissier est décédé d’un AVC hier à l’âge de 91 ans. Il n’y a pas de hiérarchie dans la mort. Peu d’entre nous sont hélas épargnés en ces temps d’hécatombe et quand arrive le malheur, les proches endurent dans la douleur et la dignité une épreuve également ressentie par tous. Nous avons perdu un neveu la semaine dernière à l’âge de 55 ans et je m’ étais gardé d’en faire part ici car nous avons subi ce qui s’est abattu sur des centaines et peut être des milliers de familles. Mais il y a des morts qui sont les termes de vies qui ont rayonné sur leur pays et leur temps. La disparition de Monseigneur Teissier est de celle-là.

J’ai souvent discuté avec lui. Sa voix toujours posée était le reflet d’une existence de constance et de fidélité. Constance dans ses convictions et fidélité à sa foi, bien sur, mais aussi à l’Algérie dont il avait obtenu la nationalité depuis 1965. L’enfant dont la famille était originaire de Skikda est revenu à Alger au milieu des années 1950, c’est à dire au moment où les parachutistes du général Massu jetaient à la mer les cadavres d’indigènes que les ultras de l’Algérie française désignaient sous le terme de crevettes quand les vagues les rejetaient sur les berges. Il seconda alors, avant de lui succéder en 1988 à l’archevêché d’Alger, un autre Algérien, Monseigneur Duval, que les mêmes ultras appelaient Mohamed Duval à cause de ses prises de positions en faveur des nationalistes algériens.

Monseigneur Teissier qui a enterré dix neuf religieux pendant la décennie noire n’a pas voulu demander aux personnes qui officiaient sous son autorité de quitter l’Algérie malgré l’insistance de ceux qui le priaient de les mettre à l’abri en attendant que passe la tornade. Pourquoi ? Par fidélité à la terre algérienne on le sait mais aussi, et cela on le sait moins, parce que Monseigneur Teissier fut un des hommes de foi les plus engagés dans le dialogue inter-religieux. Il était aussi un éminent arabisant qui avait une connaissance fine de l’histoire du monde musulman dont il mettait en exergue, à chaque fois qu’il en avait l’opportunité, les pensées et les actions les plus vertueuses pour valider son appel aux échanges constructifs entre les responsables de religions révélées.

Il est bon que ceux qui ont connu cet homme de constance et de fidélité parlent aux plus jeunes. Il est essentiel que nos enfants sachent que la religion peut être une spiritualité qui rapproche de l’autre et non une source de haine et de rejet. La tolérance d’un autre culte n’est pas seulement un gage de sécurité pour ceux qui en bénéficient; c’est aussi un signe de bonne santé pour le dogme qui sait témoigner de sa capacité à accepter la différence. Pour l’individu comme pour la collectivité, l’altérité est la preuve la plus probante de l’équilibre et de l’harmonie; c’est à dire de la liberté et de la justice. Ce sont ces vérités simples mais fondamentales que la vie de Monseigneur Teissier nous enseigne. Puisse l’Algérie de demain s’en souvenir quand viendra le moment de la reconstruction de sa mémoire

Laissez un commentaire

S'abonner à notre Bulletin d'Informations

Chaque week-end, recevez le meilleur de l'actualité et une sélection d'événements en vous inscrivant à notre bulletin d'informations.