IMG-LOGO
Accueil Actualités Originaire d’El Taref, le blogueur El Mounkid Zakaria Guerfa placé sous mandat de dépôt à Alger
Publié le : 31 Juillet, 2022 - 15:00 Temps de Lecture 2 minute(s) 242 Vue(s) Commentaire(s)

Originaire d’El Taref, le blogueur El Mounkid Zakaria Guerfa placé sous mandat de dépôt à Alger

IMG

Blogueur et militant actif du mouvement populaire, El Mounkid Zakaria Guerfa a été placé sous mandat de dépôt, hier, par le tribunal de Sidi M’hamed (Alger). Il a, désormais, passé sa première nuit de détenu d’opinion à la prison d’El Harrach où croupissent des dizaines de militants du mouvement populaire (Hirak) et des mouvements kabylistes (qui militent exclusivement pour la Kabylie, ndlr) dont certains demeurent sans jugement depuis plus de deux années.

El Mounkid Zakaria Guerfa n’est pas un cas isolé comme le savent les observateurs qui suivent de près cette période d’essoufflement du mouvement populaire par le régime algérien. Le blogueur fait partie d’une longue liste de détenus ou d’otages d’un régime cruel qui ne réagit que par la violence et les détentions arbitraires en instrumentalisant la justice à sa guise.

C’est cette dernière d’ailleurs qui a ordonné l’arrestation du bloguer d’El Taref, El Mounkid Zakaria Guerfa. Ce dernier a été placé en détention après s’être présenté devant le Procureur de la République près le tribunal de Sidi M'hamed qui a vidé le mandat d'arrêt lancé contre lui. Pour rappel, El Mounkid Zakaria Guerfa a été arrêté le 24 juillet dernier, après avoir répondu à la dernière convocation de la police d'El Taref, laquelle l’a transféré à Alger.

El Mounkid Zakaria Guerfa n’est pas à son premier tracas avec la justice algérienne. Il est continuellement harcelé pour son engagement dans le mouvement populaire de février 2022. L’on se rappelle de sa convocation en septembre 2020 par la police judiciaire (service cybercriminalité) de Dréan (El Taref). Pas que ! Le jeune blogueur a été condamné par le tribunal de la même localité, quelques mois avant, à «100 000 Da» et à «500 000 Da» d'amendes pour l'accusation d'«outrage à corps constitué (armée algérienne)». Dans une autre affaire, il a été même condamné à «six mois de prison avec sursis et à 50 000 Da d'amende», pour «outrage à corps constitué» et «photographie sans autorisation».

Catégorie(s) :

Laissez un commentaire