IMG-LOGO
Accueil Actualités Par Salim Chait : comment devenir dictateur !
Publié le : 15 Avril, 2020 - 18:35 Temps de Lecture 3 minute(s) 2617 Vue(s) Commentaire(s)

Par Salim Chait : comment devenir dictateur !

IMG

Pour vous assurer du sérieux de notre approche, nous avons choisi deux exemples: deux fonctionnaires diagnostiqués positifs au syndrome de la dictature, et qui ont réussi en suivant notre mode d’emploi : Belaid Mohand Oussaid, conseiller à la communication et porte-parole de la présidence de la république, et Ammar Belhimer, ministre de la communication.

Il est établi par une simple observation de la réalité des faits en Algérie, que la vitesse de contagion du syndrome de la dictature, est la plus élevée par rapport à toutes les affections enregistrées dans notre pays depuis l’indépendance à ce jour. Cette vitesse est du essentiellement à la longue période d’incubation du virus. Les personnes affectées sont généralement asymptomatiques, et les signes commencent généralement à apparaître à l’âge de la ménopause. C’est un syndrome qui frappe généralement les personnes d’un certain âge, sans distinction de sexe. Les jeunes sont moins exposés à contracter la maladie.

Alors, comment devient-on dictateur en Algérie ? De prime abord, si tu sens que tu respires mal l’air de l’opposition, ne perds pas de temps, tu dois te diriger directement au centre de dépistage sis à El Mouradia. Arrivé sur les lieux, tu dois laisser ta dignité sur le seuil de la porte, ainsi que toute l’hypocrisie que tu as cultivé pendant des années. Tu dois aussi enlever ton ancien masque car on te donnera un nouveau une fois que tu es diagnostiqué positif.

Ensuite, tu seras dirigé vers une salle de soins intensifs du langage ; le vocabulaire que tu as l’habitude d’employer dans tes chroniques lorsque tu étais au carrefour de l’opposition, tu dois le ranger. Ton disque dur sera formaté et tu auras droit à un nouveau système d’exploitation avec un nouveau langage de programmation. Une fois que ton système est protégé par un antivirus qui empêcherait l’intrusion de toute voix discordante, tu dois te préparer pour effectuer ton stage pratique.

Pour commencer, on doit te rhabiller chez le meilleur couturier du pays, te relooker jusqu’à en avoir l’air ridule. Après, tu dois tenir ton premier point de presse pour impressionner une cohorte de journalistes choisis pour l’occasion, et qui, eux aussi, ont contracté le syndrome avant toi.

Pour accélérer ta formation et exciter le virus, responsable du syndrome, tu dois vite brandir la main de l’étranger ; arme redoutable utilisée avant toi par ceux qui t’ont précédé au syndrome. Alors, tu refuseras catégoriquement la demande de laisser-passer à un média indépendant, et pour gagner encore plus de galons, tu interdits carrément l’accès à son site. Pour coroner le tout, tu dois accoucher d’un communiqué où tu accuses son responsable de financement occultes par des organisations étrangères qui visent à déstabiliser le pays, à travers un programme de démocratisation de l’information, mais qui cacherait une opération conspirationniste. Alors là, si tu réussis ce coup, tu seras vite être décoré par le généralissime, responsable de la censure, avec comme cadeau, une attestation de succès à la première étape du syndrome.

Cependant, si tu n’as pas le reflex de brandir la main étrangère, tu peux faire preuve d’esprit créatif et essayer d’inventer une nouvelle technique, actualisée à l’aune de se qui se passe dans le monde. Tiens ! La pandémie du coronavirus. Tu invites le directeur de l’ENTV pour une émission spéciale et tu annonces à l’heure où tous les algériens sont confinés, le résultat de l’enquête qui n’a jamais été entreprise, que les seuls responsables de la propagation du coronavirus dans notre pays, sont ceux-là qui appellent les algériens à sortir manifester les vendredis, les mardis et même les samedi. Pour pimenter la recette et la rendre plus digeste, tu diras en substance, que la plus part des activistes sont téléguidés depuis l’étranger, pour faire croire encore à un complot contre l’État, ainsi tu pourras trouver une échappatoire si tu demain tu seras appelé à justifier une telle accusation gravissime.

Voilà tout pour un stage de premier degrés. Si tu suis rigoureusement ces recommandations, tu seras susceptible de contracter le syndrome de la dictature. Un supplément de stratégie et de technique, te seras envoyé à mesure que tu gravis les échelons dans la hiérarchie. « Dictassimo » votre partenaire idéal pour une carrière réussie.

Laissez un commentaire