IMG-LOGO
Accueil Actualités Paris : 18 mois de prison dont 9 avec sursis pour le chauffard qui avait foncé sur des manifest...
Publié le : 01 Juillet, 2021 - 22:25 Temps de Lecture 2 minute(s) 1657 Vue(s) Commentaire(s)

Paris : 18 mois de prison dont 9 avec sursis pour le chauffard qui avait foncé sur des manifestants du MAK

IMG

Un militant Algérien avait délibérément tenté d'écraser avec son véhicule Mercedes-Benz, des militants du MAK, dimanche 23 mai dernier à place Stalingrad, à Paris. Arrêté par la patrouille de gendarmes mobiles sur place, lesquels ont forcé le chauffard à descendre de son véhicule, l’ont menotté et remis à la police.

Membre actif du Collectif “Libérons l’Algérie”, créé au début du Hirak, Abderrazak Zitouni, plombier de 49 ans, a été condamné ce mardi pour avoir tenté d’écraser des militants du MAK à place Stalingrad, rapportent les médias Français. Durant son procès, il a été présenté mains derrière le dos, tête baissée. La présidente l’interroge : «Quand vous montez dans votre camionnette, vous avez quoi dans votre tête ? C’était quoi votre but ? ». «Euh», bredouille le plombier de 49 ans. On n’en saura pas beaucoup plus. Il a été condamné par le tribunal de Paris à «18 mois de prison dont 9 avec sursis» pour «des violences sur des militants pacifiques».

Les témoins se sont rendus au commissariat du 19ème arrondissement pour porter plainte pour tentative d’assassinat. Aksel Bellabaci, conseiller du président du Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK), sur lequel le chauffard avait jeté une échelle avant de pénétrer dans son véhicule pour foncer sur le reste des militants kabyles, a été blessé à la main.

Filmé par des militants présents sur place, une vidéo amateur postée sur les réseaux sociaux avait fait le buzz à l’époque. Le chauffard avait déjà effectué trois tours avant de foncer sur les militants. Il a été mis en examen pour «tentative de meurtre». L’agresseur, connu par les militants algériens établis en France, est un récidiviste habitué à s'en prendre aux hirakistes de la diaspora algérienne, lors de leurs rassemblements hebdomadaires, chaque dimanche, à place de la République, comme l’avait déjà souligné l’avant-garde dans un précédent article. Le 21 septembre 2020, cet individu s’en est pris violemment aux membres du Mouvement Double Rupture à qui il a reproché, cutter à la main, leurs positions sur l’islamisme.

Catégorie(s) :

Laissez un commentaire