IMG-LOGO
Accueil Actualités Placé dans des cellules pour terroristes, Zakaria Boussaha devant le juge d’instruction d’Annab...
Publié le : 19 Mai, 2020 - 18:30 Temps de Lecture 2 minute(s) 1643 Vue(s) Commentaire(s)

Placé dans des cellules pour terroristes, Zakaria Boussaha devant le juge d’instruction d’Annaba

IMG

Dans une déclaration pour l’Avant-Garde Algérie, l’avocate du militant Zakaria Boussaha, Me Leila Boughrara, affirme que «le dossier de son client est vide»

Le jeune militant Annabi, Zakaria Boussaha a été entendu, aujourd’hui, par le juge d’instruction de la deuxième chambre du tribunal d’El Hadjar , à Annaba, avons- nous appris auprès de son avocate, Me Leila Boughrara. Cette dernière, joint par téléphone, nous a, par ailleurs, affirmé que l’audition s’est déroulée dans de bonnes conditions, soulignant «un moral solide et confiant» de son client, «par rapport aux premières jours de son incarcération où il est était sous le choc, après avoir été placé dans les cellules destinées aux détenus condamnés pour terrorisme», confie-t-elle pour l’Avant-Garde Algérie. «Zakaria Boussaha a même fait une grève de la faim qui a duré une semaine, avant que nous n’arrivions à le persuader de l’interrompre», assure-t-elle.

Me Boughrara nous a, en outre, assuré que les accusations auxquelles fait face aujourd’hui le militant Zakaria Boussaha, sont dénuées de tout fondement, notamment celles relatives aux activités terrorises. Arrêté et placé sous mandat de dépôt, le 14 avril dernier, ce lanceur d’alerte connu comme étant militant actif dans le mouvement populaire, a cinq charges retenues à son encontre par la justice dont trois en criminelle, à savoir «outrage à corps constitué et outrage à à l’institution de l’état», «semer la terreur au milieu de la population et création d’un climat d’insécurité» et«avoir fait référence et évoquer des actes terroristes portant atteinte à l’unité nationale».

Zakaria Boussaha est également poursuivi pour «publication portant atteinte à l’intérêt national et incitation indirecte à attroupement non armé ayant pour but de créer le trouble en milieu public», affirme Me Leila Boughrara. Zakaria Boussaha a été arrêté une première fois, le 8 décembre 2019. Après 8 jours de détention, il est condamné à une peine de «six mois de prison ferme assortie d’une amende de 50 000 Da». Il a été accusé d’«atteinte à la sûreté de l’État, à corps constitué, aux institutions de l’État et à l’intégrité territoriale de l’État et d’incitation à attroupement armé, trouble à l’ordre public, menace de meurtre à l’encontre de l’un des candidats de la présidentielle et empiétement des autorités judiciaires»*.

Catégorie(s) :

Laissez un commentaire

S'abonner à notre Bulletin d'Informations

Chaque week-end, recevez le meilleur de l'actualité et une sélection d'événements en vous inscrivant à notre bulletin d'informations.