IMG-LOGO
Accueil Actualités Rachid Nekkaz, ses deux avocats Abdelkader Chorfa et Yacine Khelifi et le militant Hamza Djabri...
Publié le : 14 Août, 2022 - 15:35 Temps de Lecture 2 minute(s) 799 Vue(s) Commentaire(s)

Rachid Nekkaz, ses deux avocats Abdelkader Chorfa et Yacine Khelifi et le militant Hamza Djabri demain devant le tribunal de Chlef

IMG

C’est demain 15 août que devrait se tenir le procès de l’opposant Rachid Nekkaz, de ses deux avocats Abdelkader Chohra et Yacine Khelil et du militant du mouvement pour la jeunesse et le changement (MJC), Hamza Djabri, devant le tribunal correctionnel de Chlef.

Le 14 mai, l’opposant politique et son avocat ainsi que le militant du MJC, en l’occurrence Hamza Djabri, ont été arrêtés et placés sous mandat de dépôt par le juge d’instruction près le tribunal de Chlef dans le cadre de l’affaire du détenu d’opinion Hakim Debazi mort en détention le 24 avril dernier, à la prison de Koléa (Alger).

Rachid Nekkaz avait en effet déclaré dans une vidéo postée sur sa page qu’il avait exhorté ses avocats à " demander une autorisation de manifester devant les prisons du pays pour exiger la libération des détenus d’opinion ". Il est également reproché à l’opposant d’avoir " demandé une enquête indépendante sur la mort du défunt Hakim Debazi. "

Le 30 mai, un autre avocat, Yacine Khelifi, avocat du barreau d’Alger a été incarcéré après s’être constitué dans le dossier de l’opposant.

Selon le Comité national pour la libération des détenus, Rachid Nekkaz est poursuivi pour " incitation à un attroupement non armé », « outrage et insulte à un employé dans l'exercice de ses fonctions ", " publication et promotion auprès du public de fausses nouvelles qui porteraient atteinte à la sécurité à la paix ou stabilité de la société ", " mise en danger la sécurité ou la tranquillité ou la stabilité de la société " et " atteinte à l'intégrité de l'unité de la nation "".

Maître Abdelkader Chohra et Hamza Djabri, sont poursuivis poursuivis pour " participation à la diffusion et à la promotion de fausses nouvelles auprès du public qui porteraient atteinte à la sécurité la tranquillité ou la stabilité de la société " et " participation à des travaux portant atteinte à l'intégrité et à l'unité de la nation ".

Quant à Me Yacine Khelifi, ce dernier devrait répondre des accusations de " publication et diffusion auprès du public de fausses nouvelles qui porteraient atteinte à la sécurité la tranquillité ou la stabilité de la société ", " atteinte à l'intégrité et à l'unité de la nation " et " incitation attroupement non armé ".

Laissez un commentaire