IMG-LOGO
Accueil Actualités Sous le hashtag #PasUnCrime : lancement d’une campagne numérique pour la libération des détenus...
Publié le : 20 Mai, 2022 - 12:45 Temps de Lecture 2 minute(s) 152 Vue(s) Commentaire(s)

Sous le hashtag #PasUnCrime : lancement d’une campagne numérique pour la libération des détenus d'opinion

IMG

Une campagne numérique sous le hashtag #PasUnCrime, a été lancée hier, par 38 organisations nationales, régionales et internationales, et s’étendra jusqu’au 28 mai prochain. Cette dernière vise à faire pression sur les autorités algériennes pour libérer les détenus d’opinion et cesser la répression contre les militants du Hirak.

« #PasUnCrime est une campagne numérique visant à attirer l’attention sur la manière dont les autorités algériennes tentent de plus en plus d’étouffer les voix dissidentes et la société civile indépendante »,indiquent les signataires dans un communiqué publié jeudi 19 mai.

La campagne appelle les autorités algériennes à « mettre fin à leur répression des droits humains, à libérer immédiatement et sans condition les personnes détenues uniquement pour avoir exercé pacifiquement leurs droits humains et permettre à chacun.e de jouir librement de ses droits », explique-t-on.

Les organisations signataires expriment leur « vive inquiétude » et tiennent les autorités algériennes pour « responsables du dangereux recul en Algérie notamment en ce qui concerne les droits d’exprimer son opinion, de se réunir et de s’associer pacifiquement, de partager et d’accéder à l’information ».

En effet, selon un bilan non exhaustif établi par le défenseur des droits humains, Zaki Hannache, « au moins 300 personnes ont été arrêtées pour avoir exercé leur liberté d’expression, de réunion pacifique ou d’association, même si certain.es ont depuis été libéré.es».

« Les arrestations et les condamnations de militant.es pacifiques, syndicalistes indépendant.es, journalistes et défenseur.es des droits humains se sont poursuivies sans relâche, même après l’arrêt du mouvement de protestation », déplorent les signataires du document. Aussi, appellent-ils toutes les personnes, organisations et parties concernées à « contribuer à demander collectivement la fin de la criminalisation de l’exercice des libertés fondamentales en Algérie, en utilisant le hashtag #PasUnCrime».

Catégorie(s) :

Laissez un commentaire