IMG-LOGO
Accueil Actualités Tiaret : un lanceur d’alerte en grève de la faim pour dénoncer la corruption et l’harcèlement d...
Publié le : 26 Août, 2019 - 17:00 Temps de Lecture 2 minute(s) 1346 Vue(s) Commentaire(s)

Tiaret : un lanceur d’alerte en grève de la faim pour dénoncer la corruption et l’harcèlement des services de la sécurité

IMG

Ahmed Manseri, 48 ans, père de quatre enfants, est un agent de sécurité à la cité universitaire Saâd Dahled de Ksar Challala, dans la wilaya de Tiaret, depuis 21 ans.

Lanceur d’alerte et défenseur des droits humains, connu pour ces luttes dans sa wilaya, Ahmed n’a pas cessé de subir les tracas des responsables locaux. En grève de la faim, chez lui, depuis huit jours, il demande «l’ouverture d’enquêtes sur le directeur de la cité universitaire qu’il accuse, entre autres, de corruption, celui des ouvres universitaires de la même wilaya et sur un agent des renseignements de Ksar Chellala qui exerce, selon le témoignage du lanceur d’alerte, des pressions sur lui y compris dans son lieu de travail».

«J’ai demandé l’ouverture d’une enquête sur le directeur de la résidence universitaire où je travaille. Il a été installé sans aucune compétence ni formation professionnels depuis trois mois. Je l’accuse de corruption et de surfacturation des budgets alloués à la restauration des étudiants et à la rénovation des structures de la cité universitaire. Quant au directeur des œuvres universitaires de Tiaret, il a été transféré dans notre wilaya alors qu’il était placé sous contrôle judiciaire à Oran. Il a été désigné par une personne qui croupit actuellement en prison dans le dossier de l’homme d’affaire Mahieddine Tahkout», explique Ahmed, joint par téléphone. Et d’ajouter : «je reçois énormément de pressions de la part d’un agent des renseignements qu’il ne s’est pas seulement contenté de tenter de me rendre la vie cauchemardesque mais il m’a aussi créé beaucoup de problèmes dans mon lieu de travail. Mon salaire a été diminué à cause de lui. Sa direction doit ouvrir une enquête sur lui. Et que cesse ce que je subis depuis plusieurs mois à cause de lui.»

En 2016, Ahmed Manseri a été agressé par le commissaire de Ksar Challala à l’intérieur même de son commissariat. L’affaire a été rendu publique. Soutenu par plusieurs avocats dont Salah Dabouz, Ahmed Manseri a déposé plainte contre son agresseur. Ce dernier a été condamné par le tribunal de Ksar Challala à «six mois de prison avec sursis et 50 000 da d’amende». Mais contre toute attente, le commissaire en question a fini par «être acquitté par la Cour de Tiaret». L’agresseur devient victime et dépose plainte pour diffamation contre Ahmed qui a été, lui aussi, acquitté par la même justice.

Ahmed Manseri compte se rendre demain, mardi 27 août, à Alger où «je continuerai mon action au siège du Mouvement démocratique et social», confie-t-il pour l’Avant-Garde Algérie.

Catégorie(s) :

Laissez un commentaire