IMG-LOGO
Accueil Actualités Zohra Drif-Bitat et le comité de soutien qu’elle préside, appellent à la libération de Louisa H...
Publié le : 17 Septembre, 2019 - 01:00 Temps de Lecture 2 minute(s) 1247 Vue(s) Commentaire(s)

Zohra Drif-Bitat et le comité de soutien qu’elle préside, appellent à la libération de Louisa Hanoune

IMG

Réunis, samedi dernier, les membres du bureau du comité national pour la libération de Louisa Hanoune appellent à la relaxe de la première responsable du parti des travailleurs (PT), dont le procès est programmé pour le 23 septembre prochain. «Maintenant que son procès est fixé pour le 23 septembre prochain, nous considérons que le seul verdict conforme aux principes de la démocratie qu'on puisse attendre de ce procès est la relaxe», exigent les membres de ce comité dans un communiqué parvenu aujourd’hui à notre rédaction.

Présidé par la moudjahida, Zohra Drif-Bitat, le comité affirme que les raisons pour lesquelles Louisa Hanoune a été détenue à la prison militaire sont d’ordre politique, «liées exclusivement à ses positions contre le système». «Le comité national, attaché à la démocratie en général et au multipartisme en particulier, réaffirme encore une fois que Mme Louisa Hanoune est emprisonnée exclusivement pour ses positions et activités politiques», rappelle-t-il dans le même communiqué.

Afin d’apporter soutien à la première responsable du PT, en prison depuis plus de quatre mois, un rassemblement de solidarité est prévu ce mercredi 18 septembre 2019, à 11h00, au siège national de son parti, sis au 2 rue belkacem Belkhiri (ex Belfort) El Harrach.

Lors de cette réunion, le comité national pour la libération de Louisa Hanoune a, aussi, condamné l’arrestation et l’emprisonnement du Coordinateur national du l’Union démocratique et social, Karim Tabou. Pour ce dernier, «l’arrestation de Tabou intervient dans le cadre d'un projet de criminalisation de l'action politique afin de faire reculer la révolution populaire».

Pour le Comité national, «cette arrestation constitue une escalade dangereuse dans le tournant politique entamé le 9 mai lequel a ouvert le bal aux dizaines d'arrestations arbitraires dont celle du Moudjahid Lakhdar Bouregâa et Samira Messoussi».

Le comité appelle à la libération de tou.e.s les détenu.e.s politiques et d’opinion et rejette, précise-t-il, «la tentative surnoise de lier le cas de la secrétaire générale du PT, qui a combattu le système en tant que responsable d'un parti de l'opposition, avec des responsables de l’État qui ont exercé de hautes fonctions dans le cadre du même système».

Laissez un commentaire

S'abonner à notre Bulletin d'Informations

Chaque week-end, recevez le meilleur de l'actualité et une sélection d'événements en vous inscrivant à notre bulletin d'informations.