IMG-LOGO
Accueil L'Agora des militant.e.s Seule la révolution et un projet pour leitmotiv peuvent sauver l'Algérie
Publié le : 09 Août, 2019 - 12:00 Temps de Lecture 3 minute(s) 367 Vue(s) Commentaire(s)

Seule la révolution et un projet pour leitmotiv peuvent sauver l'Algérie

IMG

La réussite jusque-là du mouvement de 22 février réside dans son autonomie, son indépendance et surtout, il est populaire en tournant le dos aux appareils sclérosants et aux jeux machiavéliques faits d'arrangement du régime. Celà est dû aux enseignements tirés de 20 années de Bouteflikisme.

Ce ne sont ni les hommes providentiels où n'importe quel homme qu'il soit ni des élections, on en a fait tellement, ni les kermesses habituelles du régime dites conférence nationale, qui peuvent assurer la stabilité du pays, le changement et le progrès.

C'est un projet porté par un peuple, un projet de consensus pour instaurer un régime démocratique respectant l'état de droit, la séparation des pouvoirs, les libertés individuelles et collectives, et dont la préoccupation est la promotion de la citoyenneté, à part entière pour toutes et tous, et l'épanouissement de l'individu dans sa culture et par le biais de son organisation en toute liberté dans des partis et des organisations, à même de construire des vrais contre-pouvoirs. Et pour cela, il faudra un texte, pas un homme.

Ni Gaid Salah ni Bensalah ni Nezzar ripostant à son ennemi conjoncturel ni même cette chose dire " instance de dialogue et de médiation" ne proposent un projet au peuple algérien : leur préoccupation est y arriver à élire un homme, qui risque d'être pire que Bouteflika. Le peuple ne cesse de dire et de crier haut et fort à travers ses manifestations depuis 6 mois ce qu'il veut : un changement radical du système, dans les pratiques, les méthodes, la gestion et la culture de gouvernance.

Ce n'est pas le remplacement d'un homme par un autre ou un parrain maffieux par son subtitut, même si à travers une élection dite démocratique.

Ce que préconise Gaid Salah est ce schéma "classique" en s'appuyant sur une instance "Taiwan", dont l'instauration et les objectifs inavoués s'inscrivent dans les pires traditions de manipulation de DRS. Et le chef d'état major, auto-proclamé chef suprême incontesté de tout, même dans le racollage, nous informe aujourd'hui que tous les objectifs du mouvement citoyen ont été réalisés.

Gageons : Y-a-t-il un objectif édicté en haut qui a été réalisé ? C'est pire, il s'est accaparé de tous les pouvoirs, exécutif, législatif et judiciaire en faisant main basse sur les chaînes de télévision et certains journaux, et en imposant une censure sur les sites d'informations récalcitrants et un contrôle sur les réseaux sociaux. Est ce qu'il y a eu un changement en matière de luttes contre la corruption ? Ses enfants ont-ils arrêté de piller et de voler ? Y-a-t-il eu ouverture d'enquêtes sur les malversations de Djemaai, de Tliba et Saaidani ?

Bien sûr que c'est non. Les objectifs de la révolution ne sont pas donc réalisés. Le peuple veut un état droit, alors que Gaid Salah n'a comme référence que les 20 années passées auprès de son parrain en restant bloqué dans le contenu de la lettre du 11 mars, lue au nom de Bouteflika.

Il parle d'ennemis imaginables de l'Algerie qu'il aurait débusqué parmi le peuple en demandant aux médias d'être vigilants et sans leur nommer " ces malfrats" cachés au sein du mouvement, alors qu'il n'y a pas pire ennemi du pays et du peuple que ceux qui étaient ses parrains et gouvernés ces 20 dernières années.

Ce n'est pas fortuit qu'il utilise les mêmes méthodes et les mêmes artifices pour renouveler le système et instaurer sa dictature : l'instance dite de médiation et de dialogue est une bonne aubaine. Composée par des agents embusqués, d'anciens bouteflikistes ayant défendus corps et âmes le 5eme mandat, de courtisans, de militants RND et du FLN les plus malhonnêtes et de la clientèle du système, cette instance n'est en réalité qu'un tremplin pour Gaid Salah afin d'organiser sa kermesse de conférence nationale, qui sera baptisée de consensus, pour aller à l'élection présidentielle lui permettant à la même occasion de mater toute contestation, qui sera qualifiée comme déviante.

Certains membres de cette instance, qui ne sont que les dindons de la farce, et d'autres appllaudisseurs de cette farce assumeront toute la responsabilité au cas d'effusion du sang. Il faut le rappeler certains membres ont demandé d'être des médiateurs anonymes. Le ridicule ne tue pas.

Et Nezzar qui se prend pour De Gaulle, la voix de la résistance à partir de Londres, appelle l'armée à distituer Gaid pour le remplacer par Salah.

C'est encore une autre farce pour nous faire détourner de notre révolution. Celle-là qui a ses hommes et ses femmes, qui ne portent pas de kepis et qui ne cachent pas de cartes de visites, preuves de leur fréquentation de la veille des salons de Aaissaba, mais ils hissent fièrement en haut l'emblème national et le drapeau Amazigh et l'Algerie portée au cœur.

Vas faire comprendre tout cela à Gaid Salah où à Nezzar. Il faut les faire partir tous !

l'Algerie vivra l'Algerie vaincra

Laissez un commentaire