IMG-LOGO
Accueil À la Lutte Affaire du lanceur d'alerte Noureddine Tounsi : PPLAAF réagit
Publié le : 25 Septembre, 2020 - 18:20 Temps de Lecture 3 minute(s) 742 Vue(s) Commentaire(s)

Affaire du lanceur d'alerte Noureddine Tounsi : PPLAAF réagit

IMG

«La corruption en Algérie vient de prendre une ampleur considérable», disait Noureddine Tounsi à la Plateforme de Protection des Lanceurs d'Alerte en Afrique (PPLAAF).

Et de poursuivre : «la justice poursuit les lanceurs d’alerte au lieu d’ouvrir des enquêtes crédibles et de faire savoir au peuple ce qu’il est en réellement des enquêtes sur des faits de corruption».

Noureddine Tounsi est un ancien responsable commercial de l’Entreprise portuaire d’Oran (EPO), une entreprise publique. Après avoir interpellé sa hiérarchie sur des dysfonctionnements et malversations en lien avec les activités du port, il a saisi le parquet en avril 2016 sur ces faits. À la suite de l’ouverture d’une enquête, il a commencé à subir des représailles de sa hiérarchie en étant mis à pied, rétrogradé puis licencié en septembre 2016.

Alors que les enquêtes sur les accusations de Noureddine Tounsi n’avancent pas, celles lancées contre lui par son ancien employeur sont en revanche traitées rapidement. Noureddine Tounsi fait en effet désormais l’objet de représailles de la part de l’EPO qui a déposé plusieurs plaintes pénales contre lui, notamment pour «injure, diffamation et divulgation de secrets d’entreprise».

Il disait : «je ne regrette absolument pas d'avoir lancer cette alerte et si c'est à refaire je referais la même chose, tout en sachant maintenant les débauches de tout lanceur d'alerte en Algérie... L'initiative de la création de PPLAAF est très utile vu la nature des régimes africains et la “justice” qui nous est imposée».

La nouvelle de l’arrestation, lundi dernier, du lanceur d’alerte Noureddine Tounsi, a été un choc pour tous les militants et sa famille. Sa garde à vue a été prolongée pour «complément d’enquête», dans un premier temps, avant d’être placé sous mandat de dépôt, le mercredi 23 septembre.

Selon sa femme et son avocat, le lanceur d’alerte «n’a jamais été destinataire d’une quelconque convocation de la part de la police ces jours-ci».

Selon Me Khemisti, qui s’est constitué pour l’assister, Noureddine Tounsi est poursuivi pour six chefs d’inculpation: «intelligence avec l’étranger, divulgation de secrets pour pays étranger, tentative de pression sur la justice par le biais de vidéos diffusés sur les réseaux sociaux».

Contacté par L’Avant Garde Algérie, PPLAAF «Plateforme de Protection des Lanceurs d'Alerte en Afrique» a réagit suite à l’arrestation. «PPLAAF est une ONG indépendante, qui aide juridiquement celles et ceux qui veulent révéler des activités illégales ou contraires à l'intérêt général africain, pour y mettre un terme», a déclaré Henri Thulliez, directeur de PPLAAF.

«Après que les autorités algériennes ont accusé Reporters sans frontières de "déstabiliser" le pays, elles accusent PPLAAF et un courageux lanceur d'alerte d’espionnage. Tout est bon pour réduire au silence les vigies de la démocratie. C’est très regrettable», poursuit Henri Thulliez.

Pour sa part, William Bourdon, aussi président de PPLAAF: «après la condamnation du journaliste Khaled Drareni pour "incitation à attroupement non armé et atteinte à l’unité nationale" et "à l'intégrité du territoire national", voilà que les autorités algériennes se distinguent en cherchant à emprisonner un lanceur d'alerte pour "espionnage"».

«PPLAAF est en relation avec Noureddine Tounsi depuis le début de l’année 2018. À cette époque, la presse locale avait déjà publié l’ensemble de ses révélations. Depuis, PPLAAF s’est contentée de l’appuyer dans sa défense judiciaire, alors qu’il était visé par un nombre impressionnant de procédures concomitantes», poursuit William Bourdon.

La Plateforme de Protection des Lanceurs d'Alerte en Afrique vise à défendre les lanceurs d'alerte, ainsi qu'à faire du plaidoyer et engager des litiges stratégiques en leur nom lorsque leurs révélations traitent de l'intérêt général des citoyens Africains. Noureddine Tounsi, étant lanceur d’alerte, il a trouvé soutien auprès de cette organisation, depuis 2018.

Un lanceur d’alerte est une personne qui révèle des informations concernant des actes illégaux, illicites ou contraires à l’intérêt général dont il a été témoin, notamment dans le cadre de son travail. Tout comme Noureddine Tounsi, les lanceurs d’alerte sont régulièrement menacés ou poursuivis par les personnes ou les organisations visées par leurs révélations.

Laissez un commentaire

S'abonner à notre Bulletin d'Informations

Chaque week-end, recevez le meilleur de l'actualité et une sélection d'événements en vous inscrivant à notre bulletin d'informations.