IMG-LOGO
Accueil À la Lutte Affaire Walid Nekkiche : Le parquet général d’Alger ouvre une enquête préliminaire
Publié le : 07 Février, 2021 - 20:15 Temps de Lecture 2 minute(s) 502 Vue(s) Commentaire(s)

Affaire Walid Nekkiche : Le parquet général d’Alger ouvre une enquête préliminaire

IMG

**Quelques jours après le témoignage de l’étudiant Walid Nekkiche accusant les services de sécurité de l’avoir torturé et touché à sa dignité, la justice a ouvert ce dimanche, une enquête préliminaire.

Le parquet général d’Alger a annoncé, ce dimanche 7 février 2021, avoir ordonné l’ouverture d’une enquête préliminaire après les déclarations de l’étudiant Walid Nekkiche qui a raconté lors de son procès, le 1er février dernier, avoir été «victime de sévices physiques durant sa garde à vue», a rapporté, aujourd’hui, la radio nationale.

L’ancien détenu d’opinion a, en effet, mis en cause la caserne de Ben Aknoun dite «la caserne Abla», où il a été gardé pendant 12 jours durant lesquels il a subi, selon son témoignage devant le juge, «les pires des sévices corporels».

Pour rappel, Walid Nekkiche a été arrêté le 26 novembre 2019, à la place des martyrs, avant le début de la traditionnelle marche des étudiants.

Après 12 jours d’interrogatoires, le juge d’instruction ordonne, le 2 décembre, sa mise en détention préventive à la prison d’El Harrach, pour «avoir entretenu, sans autorisation du gouvernement, une correspondance ou des relations avec les sujets ou les agents d’une puissance ennemie, entrave à la circulation de matériel militaire ou a, par quelque moyen que ce soit, provoqué, facilité ou organisé une action violente ou concentrée, en vue de nuire à la défense nationale», ainsi que pour «atteinte à l’unité nationale et possession et distribution de tracts dans le but de porter atteinte à l’intérêt national».

Le 1er février 2021, le tribunal criminel de Dar El Beida le condamne à «six mois de prison ferme» pour «atteinte à l’intérêt national», tandis que le reste des charges a été annulé.

À souligner que le procureur de la République avait réclamé la perpétuité.

Laissez un commentaire