IMG-LOGO
Accueil À la Lutte Atteinte à la vie privée de Nour El Houda Ogga : Amir DZ et les islamistes de Rachad pointés du...
Publié le : 28 Décembre, 2020 - 17:30 Temps de Lecture 3 minute(s) 3509 Vue(s) Commentaire(s)

Atteinte à la vie privée de Nour El Houda Ogga : Amir DZ et les islamistes de Rachad pointés du doigt

IMG

Prendre position quand on est un personnage public peut, à tout moment, nous expose à des attaques, qu’elles soient anonymes ou non. Mais ces attaques sont d’autant plus virulentes, voire se transforment en haine ou en mépris, lorsque le personnage en question est une femme. C’est le cas de la jeune étudiante et ancienne détenue d’opinion, Nour El Houda Oggadi et celui, il n’y a pas si longtemps, de Me Aouicha Bekhti.

Militante des droits humains depuis plus de 20 ans, l’avocate a été sujette à une salve d’insultes et d’injures sur les réseaux sociaux, parce qu’elle a eu le courage d’afficher clairement sa position vis-à-vis des intégristes en général et un ancien cadre de l’Armée islamique du Salut (AIS), particulièrement, qu’on s’évertue, aujourd’hui, à absoudre des crimes qu’ils ont commis pendant la décennie noire, ou pire encore, qu’on fait passer pour des militants de la libre parole, victime du système.

Aujourd’hui, c’est au tour de la militante du mouvement populaire dans la wilaya de Tlemcen, Nour El Houda Oggadi d’être «le sujet» des débats sur la toile. Pour cause : Une photographie intime d’elle, qui aurait été publiée par le controversé Amir Boukhors dit «AmirDZ», selon les internautes. L’image a vite circulé sur les réseaux sociaux. Beaucoup ont pris sa défense et se sont attaqués au présumé auteur de la publication. «On s’en prend à Nour El Houda parce que c’est une femme», arguent-ils. D’autres, les féministes en l’occurrence, appellent en revanche, à faire face et «prendre position assumée contre le conservatisme, l'islamisme, et le terrorisme sans vouloir changer son nom. Ce conservatisme qui nous menace et qui s'en prend à nous à chaque fois que nous disons non!». «Aujourd’hui, ce que nous vivons encore à travers le live de l'ex-détenue d'opinion Nour El Houda Oggadi, n'est pas un cas isolé, ça témoigne de la double oppression que vivent les femmes, que ces dernières soient conscientes ou pas de leur condition de femme, quelque soit leur idéologie et peu importe leur appartenance», dénonce la féministe Amel Hadjadj dans une contribution publiée, ce lundi, sur la page du Journal Féministe Algerien (JFA). Et de souligner que «dans les deux cas d'agression, contre maître Aouicha Bekhti, comme contre l'ex-détenue Nour El Houda Oggadi, les auteurs sont les mêmes, les Amir dz, les Zitouts et les Rachads...avec bien sur, le silence complice de leurs alliés prétendus démocrates», et que seules les méthodes ont changé, selon elle. «Hier, les femmes étaient agressées à l’acide, aujourd’hui elles le sont sur les réseaux sociaux», souligne-t-elle.

Dans ce sillage, elle appelle à « l’abrogation de la loi sur la concorde civile» qui, selon elle, «légitime l’oubli et assure la pérennité de l'islamisme qui veut se refaire une façade». Pour la militante, cette loi de la Concorde «nous a plus pris que donné, et donc que l'un de ses bénéficiaires ne respecte pas son engagement ne nous concerne pas». Par conséquent «si la justice a raté l'occasion d'être rendue, la mémoire ne doit pas rater l'occasion d'être juste».

L’ancienne détenue, Samira Messouci, a, elle aussi, dénoncé ce scandale de trop des islamistes et de Amir DZ. «Aujourd’hui, se taire est synonyme de soumission. Soumission devant un diktat que l'on veut nous imposer !», dénonce-t-elle.

Et d’ajouter : «L'implication de la Femme algérienne dans tous les combats au simple titre de citoyenne dérange encore. L'intégrisme n'est pas fini, nous avons le devoir de le combattre au même titre que nous combattons ce système qu'il l'a nourrit par une école intégristes. Vous n'allez pas réussir à nous faire rentrer à la maison parce que nous sommes des femmes mais nous continuerons à vous montrer le chemin des libertés. Ni vos menaces ni vos intimidations ne nous ferons reculer».

Laissez un commentaire

S'abonner à notre Bulletin d'Informations

Chaque week-end, recevez le meilleur de l'actualité et une sélection d'événements en vous inscrivant à notre bulletin d'informations.