IMG-LOGO
Accueil À la Lutte Belhimer menace l'AFP de lui retirer son accréditation
Publié le : 28 Octobre, 2021 - 16:15 Temps de Lecture 2 minute(s) 317 Vue(s) Commentaire(s)

Belhimer menace l'AFP de lui retirer son accréditation

IMG

Depuis quelques semaines, l'Algérie et la France sont engagées dans « une guerre des mots » dont la fin n'est décidément pas d'actualité, notamment après les propos tenus par le président Français Emmanuel Macron s’interrogeant sur l’existence d'« une nation algérienne avant la colonisation».

Cette fois, c'est un reportage consacré au phénomène de l'immigration clandestine publié par l'AFP, qui a provoqué le courroux des autorités algériennes, le ministre de la communication et porte-parole du Gouvernement Amar Belhimer en l'occurence, qui a menacé l'agence de lui retirer son accréditation, sous le prétexte que celle-ci a adopté une ligne éditoriale caractérisée par la «la subversion et la diffamation visant la stabilité de l’Algérie».

Dans un communiqué diffusé par l'agence officielle (APS), Amar Behimer, fidèle à sa posture de farouche défenseur du pouvoir, s'est évertué à édulcorer la réalité en déclarant que « l'Algérie à travers ses récentes réformes institutionnelles, garantissant les libertés d’expression et de la presse, s’est engagée dans un processus de conception et de mise en œuvre de stratégies et de résolutions de transparence afin de consolider une relation de confiance entre l’institution et le citoyen ».

« Néanmoins, il nous a été donné de constater la récente ligne éditoriale de l’AFP caractérisée par la subversion et la diffamation visant en vain la stabilité de l’Algérie, ses services de sécurité et son Armée nationale populaire », précise-t-il. Tout en ajoutant que « l’Algérie est déterminée à défendre sa souveraineté nationale et à protéger son peuple contre les activités et les plans subversifs que renferment les contenus actuels de l’AFP »*.

Pour Amar Belhimer « de telles attitudes émanant de médias étrangers, entrainent habituellement le retrait de leur agrément pour dérapages, désinformation, intox ou parti pris pour porter atteinte à l'Algérie ». Et d'inviter l'AFP à «  respecter les règles en vigueur d’éthique et de déontologie professionnelles dans son traitement médiatique ».

Depuis fin septembre, une crise diplomatique a éclaté entre Alger et Paris après que cette dernière ait décidé de réduire de 50% l'octroi de visas aux algériens. Mais les tensions se sont accentués après les propos de Macron sur l’existence d'une nation algérienne avant la colonisation. Ce qui aura pour conséquences l'interdiction par l'Algérie a décidé d'interdire son espace aérien aux avions militaires de l'opération « Berkhane » au Sahel et le rappel de l'ambassadeur d'Algérie à Paris pour consultations.

Le 24 octobre,le ministre des affaires étrangères Ramtane Lamamra revient à la charge en déclarant que l'Algérie rejette toute ingérence dans ses affaires intérieures particulièrement si elle vient d'un “ancien colonisateur”.

Laissez un commentaire