IMG-LOGO
Accueil À la Lutte C'est le huitième procès contre le militant : Abdelkrim Zeghileche jugé le 19 mai prochain
Publié le : 13 Avril, 2022 - 15:20 Temps de Lecture 2 minute(s) 668 Vue(s) Commentaire(s)

C'est le huitième procès contre le militant : Abdelkrim Zeghileche jugé le 19 mai prochain

IMG

Abdelkrim Zeghileche sera de retour devant la justice en mai prochain. Accusé d’"atteinte à l’unité nationale", le militant se retrouve pour la huitième fois devant un tribunal.

En liberté provisoire depuis le 30 mars après trois mois de détention, le militant et éditeur de Radio- Sarbacane, sera jugé le 19 mai prochain, devant le tribunal correctionnel de Constantine, pour « atteinte à l’unité nationale », a-t-on appris auprès de son avocate Me Cherifa Allioua, ce mercredi.

C’est la huitième fois qu’il se retrouve devant la justice pour avoir exprimé une opinion critique à l’endroit du pouvoir en place. La première fois, en décembre 2018, le procès avait été ajourné. Un mois plus tard, alors qu’il était en détention préventive pour une autre affaire, Abdelkrim Zeghileche écope de « six mois de prison avec sursis et 50 000 Da d’amende ».

S’en suivirent six autres procès où il avait cumulé, tout au long de ces quatre dernières années, plusieurs condamnations à la prison ferme et plus de deux millions de dinars (200 millions de centimes) d’amendes, qu’il refuse d'ailleurs de payer- il est sans emploi et sans aucun autre revenu depuis 2018.

Mais alors qu’il croyait ses déboires judiciaires derrière lui, il est à nouveau arrêté et placé sous mandat de dépôt le 24 janvier dernier, pour une énième affaire où il a été accusé d’ «apologie du terrorisme», «diffusion d’informations faisant l’apologie du terrorisme via des moyens de technologie » et «exposition au regard du public des tracts ou bulletins de nature à nuire à l’intérêt national», en vertu de l’article 87bis alinéa 4 et 12 et l’article 96 du code pénal.

Le 30 mars, Abdelkrim Zeghileche est remis en liberté à la faveur de « mesures de clémence » décrétées par Abdelmadjid Tebboune, dont a bénéficié une soixantaine d’autres détenus du Hirak. Le 6 avril, le juge d’instruction près le tribunal de Constantine annule les accusations de « terrorisme » portées à son encontre.

Laissez un commentaire

S'abonner à notre Bulletin d'Informations

Chaque week-end, recevez le meilleur de l'actualité et une sélection d'événements en vous inscrivant à notre bulletin d'informations.