IMG-LOGO
Accueil À la Lutte Chahinez Souilah, cadre du bureau national du parti des travailleurs ( PT) comparaîtra le 28 oc...
Publié le : 13 Octobre, 2020 - 23:10 Temps de Lecture 3 minute(s) 1038 Vue(s) Commentaire(s)

Chahinez Souilah, cadre du bureau national du parti des travailleurs ( PT) comparaîtra le 28 octobre prochain devant le tribunal de Jijel

IMG

La convocation de justice est liée, selon la même source, à des faits qui remontent au 8 mars dernier.

«L’accusation portée contre notre camarade Souilah Chahinaz est en relation avec le partage sur sa page Facebook d’une photo montrant une manifestation de femmes à l’occasion du 08 mars à Alger dans laquelle des femmes ont été brutalisées par des policiers à laquelle elle a joint le commentaire :’’les femmes n’ont pas besoin de roses, mais elles méritent du respect et de la considération’’», indique le communiqué du Parti des travailleurs (PT). Et de préciser que Chahinez Souilah a «participé pleinement au processus révolutionnaire du 22 février, en prenant part aux marches et manifestations et aux débats politiques».

Le Parti des travailleurs exprime, toutefois, son étonnement quant à cette convocation d’autant, indique-t-il que «la militante a été entendue par les enquêteurs du service de la cybercriminalité de la police judiciaire de la sûreté de wilaya de Jijel, le 13 avril passé, et qu’à l’issue de son audition, il lui a été demandé de rentrer chez-elle, de supprimer la photo de son compte Facebook, concluant que l’affaire est close».

Selon le PT, ce revirement de situation ne peut avoir qu’une seule explication, à savoir que «l’action politique organisée est judiciarisée et criminalisée», que le «multipartisme est en danger» et que «par conséquent, il s’agit d’un acharnement contre le Parti des travailleurs qui remonte à plus d’une année avec l’arrestation de la SG du Parti en passant par les poursuite à l’encontre des camarades Louisa Hanoune et Djoudi Djelloul et dont le dernier épisode à savoir la citation à comparaître de notre camarade Souilah Chahinez intervient dans une conjoncture marquée par la généralisation sans précédent de la répression à l’échelle nationale à l’encontre de militants et d’activistes et la persécution de journalistes».

« Chahinez Souilah n’a commis aucun délit. Elle n’a fait que défendre des femmes contre la répression policière sans porter atteinte à quelque institution que ce soit», affirme le PT. Tout en exprimant son soutien «inconditionnel», à sa militante, le PT conclut enfin que «ce développement est très grave car il marque la montée d’un cran des atteintes aux libertés». Chahinez Souilah, cadre du bureau national du parti des travailleurs ( PT) comparaîtra le 28 octobre prochain devant le tribunal de Jijel

La convocation de justice est liée, selon la même source, à des faits qui remontent au 8 mars dernier.

«L’accusation portée contre notre camarade Souilah Chahinaz est en relation avec le partage sur sa page Facebook d’une photo montrant une manifestation de femmes à l’occasion du 08 mars à Alger dans laquelle des femmes ont été brutalisées par des policiers à laquelle elle a joint le commentaire :’’les femmes n’ont pas besoin de roses, mais elles méritent du respect et de la considération’’», indique le communiqué du Parti des travailleurs (PT). Et de préciser que Chahinez Souilah a «participé pleinement au processus révolutionnaire du 22 février, en prenant part aux marches et manifestations et aux débats politiques».

Le Parti des travailleurs exprime, toutefois, son étonnement quant à cette convocation d’autant, indique-t-il que «la militante a été entendue par les enquêteurs du service de la cybercriminalité de la police judiciaire de la sûreté de wilaya de Jijel, le 13 avril passé, et qu’à l’issue de son audition, il lui a été demandé de rentrer chez-elle, de supprimer la photo de son compte Facebook, concluant que l’affaire est close».

Selon le PT, ce revirement de situation ne peut avoir qu’une seule explication, à savoir que «l’action politique organisée est judiciarisée et criminalisée», que le «multipartisme est en danger» et que «par conséquent, il s’agit d’un acharnement contre le Parti des travailleurs qui remonte à plus d’une année avec l’arrestation de la SG du Parti en passant par les poursuite à l’encontre des camarades Louisa Hanoune et Djoudi Djelloul et dont le dernier épisode à savoir la citation à comparaître de notre camarade Souilah Chahinez intervient dans une conjoncture marquée par la généralisation sans précédent de la répression à l’échelle nationale à l’encontre de militants et d’activistes et la persécution de journalistes».

« Chahinez Souilah n’a commis aucun délit. Elle n’a fait que défendre des femmes contre la répression policière sans porter atteinte à quelque institution que ce soit», affirme le PT. Tout en exprimant son soutien «inconditionnel», à sa militante, le PT conclut enfin que «ce développement est très grave car il marque la montée d’un cran des atteintes aux libertés».

Laissez un commentaire

S'abonner à notre Bulletin d'Informations

Chaque week-end, recevez le meilleur de l'actualité et une sélection d'événements en vous inscrivant à notre bulletin d'informations.