IMG-LOGO
Accueil À la Lutte Cinq ans de prison ferme requis contre Walid Kechida
Publié le : 21 Décembre, 2020 - 15:00 Temps de Lecture 1 minute(s) 431 Vue(s) Commentaire(s)

Cinq ans de prison ferme requis contre Walid Kechida

IMG

Le procureur de la République près le tribunal correctionnel de Sétif a requis la peine de «cinq ans de prison ferme et une amende de 500 000 Da», à l’encontre de Walid Kechida, dont le procès s’est tenu aujourd’hui, lundi 21 décembre 2020…à la grande surprise de tous. Le verdict sera rendu le 4 janvier 2021, indique le collectif de défense des détenus d’opinion.

Walid Kechida est accusé d’«outrage à corps constitué, d’atteinte au président de la république, d’atteinte à la force publique dans l’exercice de ses fonctions et dénigrement du dogme ou préceptes de l’Islam». Des chefs d’inculpation relatifs à des Mèmes (des images virales comiques ou satiriques détournés) qu’il publiait sur une page Facebook, Hirak-mèmes, en l’occurrence.

Pour rappel, ce jeune activiste du mouvement populaire, diplômé de l’université Ferhat Abbas de Sétif, a été placé en détention préventive, le 27 avril 2020, par le juge d’instruction, 48 heures après avoir répondu à une convocation de la brigade de lutte contre la cybercriminalité relevant de la sûreté de wilaya de Sétif.

Son incarcération provoquera un tollé au sein de l’opinion publique. Sur les réseaux sociaux, une campagne de solidarité est vite lancée sous le hashtag : #LeMeme_nest_pas_un_crime, accompagné de messages de soutien des militants actifs du mouvement populaire qui rappelaient quotidiennement que la liberté d’expression était un droit garanti par la constitution algérienne et que Walid a fait valoir ce droit car il nourrissait l’espoir de vivre dans un État de droit, libre et démocratique.

Laissez un commentaire