IMG-LOGO
Accueil À la Lutte Classement RSF de la liberté de la presse : l’Algérie, en queue du classement, perd encore cinq...
Publié le : 21 Avril, 2020 - 15:35 Temps de Lecture 3 minute(s) 985 Vue(s) Commentaire(s)

Classement RSF de la liberté de la presse : l’Algérie, en queue du classement, perd encore cinq places

IMG

«Il existe une corrélation évidente entre la répression de la liberté de la presse à l’occasion de l’épidémie de coronavirus et la place des pays au Classement mondial», constate RSF dans son rapport de l’année 2020, sur la situation de la liberté d’expression dans 180 pays.

Ainsi, l’Algérie qui fait partie de ces pays où la crise sanitaire du Covid19 a été du pain bénit pour les tenants du pouvoir, perd cinq (05) places au classement mondial de la liberté d’expression, selon le rapport établi par Reporters sans frontières (RSF), publié aujourd’hui. Classée à la 146e place, l’Algérie est l’un des pays «où les autorités profitaient de l’épidémie de Covid-19 pour régler leurs comptes avec le journalisme indépendant», souligne RSF, mettant en exergue l’arrestation de son correspondant en Algérie, Khaled Drareni en l’occurrence, et dont le nom se joint à une longue liste de journalistes arrêtés ou harcelés par le pouvoir, depuis le début de la révolution du 22 Février 2019.

Le rapport qui, pour rappel, évalue chaque année la situation de la liberté d’expression dans 180 pays, parle en effet d’une décennie à venir «décisive» pour l’avenir de la liberté de la presse dans le monde notamment «en raison de crise géopolitique (agressivité des modèles autoritaires), technologique (absence de garanties démocratiques), démocratique (polarisation, politiques de répression), de confiance (suspicion, voire haine envers les médias d’information) et économique (appauvrissement du journalisme de qualité)».

En plus de ces cinq types de crises, l’ONG s’est penché dans son rapport sur les effets de la crise sanitaire du coronavirus et qui a fortement impacté la liberté d’expression dans certaines régions du monde, dont l’Algérie justement. «Nous entrons dans une décennie décisive pour le journalisme, liée à des crises concomitantes qui affectent l’avenir du journalisme», déclare le secrétaire général de RSF, Christophe Deloire. Et de poursuivre : «l’épidémie de coronavirus fournit une illustration des facteurs négatifs pour le droit à l’information fiable, et elle est même un facteur multiplicateur.» Selon le secrétaire général de RSF, «la crise sanitaire est l’occasion pour des gouvernements autoritaires de mettre en œuvre la fameuse "doctrine du choc" : profiter de la neutralisation de la vie politique, de la sidération du public et de l’affaiblissement de la mobilisation pour imposer des mesures impossibles à adopter en temps normal».

En effet, dans plusieurs pays d’Asie considérés comme foyers de la pandémie du Covid19, le constat est édifiant. L’on citera la Chine classée à la 177e place et l’Iran qui perd 3 places au classement et placée 173e. L’Irak également perd six places et recule à la 162e place.

L’Europe n’est pas en reste puisque le rapport cite la Hongrie qui perd deux places au classement et recule à la 89e place. «Le Premier ministre Viktor Orbán a fait voter une loi dite "coronavirus" qui prévoit des peines allant jusqu’à cinq ans de prison pour la diffusion de fausses informations, un moyen de coercition totalement démesuré», indique le rapport.

Les pays scandinaves en tête de classement

Le rapport de Reporters Sans Frontières (RSF) fait également état de l’évolution de la liberté d’expression dans 180 pays, et ce, depuis 2013. Aussi, les pays scandinaves détiennent la palme en arrivant en tête du classement. Ainsi, la Norvège conserve sa première place, suivie de la Finlande (2e), le Danemark( 3e), la Suède( 4e) et enfin les Pays-Bas qui arrive en 5e position. Les derniers de la classe sont, sans grande surprise, la Corée du Nord qui se classe à la 180e place, soit dernière du classement, précédée par le Turkmenistan, et l’Érythrée placée à la 178e place et devient ainsi le pire élève de la classe en Afrique. Surprise du classement, le Soudan qui, depuis la chute de Omar El Bachir, est remonté de 20 places et se classe 159e.

Le Classement région par région

Dans son rapport, l’ONG constate que «l’Europe reste le continent le plus favorable à la liberté de la presse, en dépit des politiques répressives de certains pays de l’Union européenne et des Balkans». La zone Amérique ( Nord et Sud) vient en deuxième position, «même si les poids lourds régionaux, États-Unis et Brésil, deviennent de véritables anti-modèles». Quand à l’Afrique, elle sera classée à la troisième position qui «enregistre également des reculs importants, dûs notamment à une recrudescence des détentions arbitraires de longue durée et des attaques en ligne». En quatrième position, on retrouve la zone Asie-Pacifique, suivie pas la zone Europe de l’Est/Asie centrale. En queue du classent, arrivent la région Moyen-Orient et Afrique du Nord «où il est le plus dangereux pour les journalistes d’exercer leur profession»,souligne RSF.

Laissez un commentaire