IMG-LOGO
Accueil À la Lutte Congrès de la Soummam : pour le MDS, le peuple se réapproprie l’héritage du combat libérateur
Publié le : 21 Août, 2020 - 17:10 Temps de Lecture 2 minute(s) 1434 Vue(s) Commentaire(s)

Congrès de la Soummam : pour le MDS, le peuple se réapproprie l’héritage du combat libérateur

IMG

*Pour le parti du Mouvement Démocratique et Social (MDS), «le peuple est entrain de se réapproprier l’héritage du combat libérateur».

Présent à Ifri, à l’occasion de la commémoration du double anniversaire du Congrès de la Soummam, le 20 août 1956, et l’offensive du Nord Constantinois, le 20 août 1955, le parti Mouvement Démocratique et Social, représenté par son coordinateur national, Fethi Ghares accompagné de plusieurs cadres dont Messaouda Chabbalah, a rendu hommage aux luttes du peuple algérien d’hier contre le «colonialisme» et celui d’aujourd’hui contre «l’autoritarisme, l’arbitraire,l’injustice et la corruption du système en place». «Depuis le déclenchement du hirak révolutionnaire, les algériennes et les algériens ont fait des dates symboliques de notre guerre d’indépendance, des moments de communions et de célébrations citoyennes pour se réapproprier l’héritage du combat libérateur», estime le parti dans un communiqué diffusé ce jeudi 20 août 2020. Et de poursuivre : «pour eux , il y a une filiation politique entre le combat de leur aînés contre le colonialisme et leur combat d’aujourd’hui contre l’autoritarisme, l’arbitraire, l’injustice et la corruption du système en place».

Pour le MDS, «le combat du hirak pour une Algérie libre, démocratique et sociale, soutenue par un développement économique durable, est la meilleure traduction politique des idéaux de la révolution d’indépendance». Aussi, déplore-t-il que la situation n’ait pas changé et que le peuple s’en soit rendu compte. «Pour le peuple algérien, le pouvoir actuel est l’incarnation d’un double renoncement. Il est le renoncement à la sauvegarde de la dignité nationale, arrachée au prix fort par nos aînés et le renoncement à leurs luttes contre la domination et pour l’émancipation de tous les peuples opprimés».

Pour le MDS, la répression policière mais aussi l’acharnement judiciaire contre les militants et les activistes du mouvement populaire du 22 février 2019, en pleine crise sanitaire du coronavirus, n’a qu’un seul objectif : «l’anéantissement du hirak avant le deconfinement total.» «C’est pendant le confinement que la cabale judiciaire a redoublé contre les hirakistes et utiliser de multiples pressions sur les partis politiques opposants et les avocats des détenus», dénonce le MDS dans le même communiqué. Et d’enchaîner: «la dernière condamnation par la justice du journaliste Khaled Drarni à trois ans de prison ferme montre bien que le système s’engage dans une démarche autoritaire dure, seule voie pour lui de soumettre le peuple.»

«Cet acharnement révèle aussi sa faiblesse et sa peine à convaincre les algériennes et algériens sur une pseudo Algérie nouvelle, synonyme de son maintien», estime le MDS, car «il semble sous-estimer la volonté et la détermination du peuple à rompre avec le système et à ne pas accepter de compromis négatifs conduisant à sa reconduite sous d’autres formes». Mais le plus important encore, ajoute le parti de Fethi Ghares,«c’est que le peuple algérien saura reprendre son combat pour édifier une Algérie libre et souveraine».

Laissez un commentaire