IMG-LOGO
Accueil À la Lutte Coupure d'internet : L’autre outil de répression du pouvoir
Publié le : 26 Février, 2021 - 21:00 Temps de Lecture 1 minute(s) 281 Vue(s) Commentaire(s)

Coupure d'internet : L’autre outil de répression du pouvoir

IMG

En prévision des manifestations populaires qui ont marqué la journée de ce vendredi, les autorités algériennes ont restreint l’accès à internet dans plusieurs grandes villes du pays. Il faut le rappeler, le blocage d’internet afin d’empêcher la transmission des marches a toujours été un moyen utilisé par le système typologique depuis le 22 février 2019.

À Alger, Constantine, Oran, Béjaïa, Bouira, Tizi Ouzou ou encore Tlemcen, des centaines de manifestants se sont plaints des coupures répétitives d’internet, rendant difficile la retransmission en direct des marches, du moins pour ce qui était de l’après-midi.

Les coupures internet ont également servi à dissimuler les actes de répression commis contre les manifestants pacifiques à Bouira, Béjaïa, Alger ou encore à l’Est comme à l’Ouest du pays où on a enregistré le plus grand nombre d’arrestations, dont certains ont été relâchés en attendant le reste des interpellés, rapporte le comité national pour la libération des détenus (CNLD).

C’est le cas du président du bureau de la ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme à Oran, Kaddour Chouicha, la cadre du MDS à Tiaret , Khadidja Belkhoudja, de Hadj Khial, Ahmed Hichem Gandi, Cheikh Mokadem, Bahous Mekadem, Abdelhakim Mokadem, Omar Chamali à El Bayadh, ou encore le journaliste Mustapha Bendjama à Annaba, le militant Oussama Azizi à Khenchela et plusieurs dizaines d’autres qui se trouvent encore dans les commissariats.

Laissez un commentaire

S'abonner à notre Bulletin d'Informations

Chaque week-end, recevez le meilleur de l'actualité et une sélection d'événements en vous inscrivant à notre bulletin d'informations.