IMG-LOGO
Accueil À la Lutte (Covid-19) : Me Hadouche Nacera appelle à la libération immédiate de tous les détenus politique...
Publié le : 06 Avril, 2020 - 17:50 Temps de Lecture 2 minute(s) 2248 Vue(s) Commentaire(s)

(Covid-19) : Me Hadouche Nacera appelle à la libération immédiate de tous les détenus politiques et d’opinion

IMG

À l’ère d’une pandémie, le monde entier est en guerre contre un ennemi invisible, les états se mobilisent pour assurer les moyens et l’équipement du personnel de la santé afin de protéger la santé publique et l’humanité ; la police remercie et rend hommage aux professionnelles de la santé; l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et la Haut-Commissaire à l’ONU exhortent "les gouvernements et les autorités compétentes à travailler rapidement pour réduire le nombre de personnes en détention", en libérant pour l'exemple "les détenus les plus âgés et ceux malades, ainsi que les délinquants présentant un risque faible", des centaines de personnes innocentes (détenus de l’emblème Amazigh et d’opinions) croupissent dans des prisons précaires.

Le régime Algérien continu dans la répression : des arrestations sans mandat (kidnapping), des détentions arbitraires (séquestrations) et des procès iniques à l’instar de celui de Karim Tabbou en violation des textes et chartes de droits de l’Homme. Comment le citoyen ne peut-il pas se trouver dans une situation morose ? En temps ordinaire, la liberté avant le jugement est un droit et la détention provisoire constitue une exception à ce droit et ce, en respect du principe de la présomption d’innocence qui est garantie par de multiples textes : la Déclaration de droits de l’Homme, la constitution (article 45), le Code de la procédure pénale (articles 123 et suivants).

En ces temps de la pandémie, une grâce présidentielle pour 5037 personnes que la justice a constaté dont la culpabilité a été prouvée (condamnées à une peine de prison ferme définitivement). Dans le respect d’un procès équitable, du principe de légalité et d’égalité et de la présomption d’innocence, un respect au droit à la santé et à la vie, la libération des détenus d’opinion et plus qu’urgente. C’est une nécessité vitale à l’encontre d’une condamnation à mort sans procès pour ces personnes.

Liste des détenus concernés :

Alger : Saeddedine Youcef islam (27/05/2019) Houari Zohir (27/05/2019) Sofiane Merakchi (26/09/2019) Karim Tabbou (26/09/2019) Fersaoui Abdelouaheb (10/10/2019) Walid Nekiche (26/11/2019) Rachid Nekkaz (04/12/2019) Samir Benlarbi (07/03/2020) Slimane Hamitouche (07/03/2020) Ibrahim Daouadji (16/03/2020) Khaled Drareni (29/03/2020). Détenus du 1 Mars 2019: Mohamed Kaci, Hamoud Hocine, Larbi Mohamed Raouf, Hanane Zine Eddine Elabidine, Oussama Aboudi, Fares Assid, Larabi Abderrahim, Mohamed Zitouni, Ahmed Meziane, Rafik Nait Larbi. Hamza Djouab, Oussama Grenzi, Zakaria Slimane. Détenu du 12 Avril 2019: Sofiane Chaouche Chabane. 2/ Relizane : Yacine Doubi Bounoua (36/12/2019) Menad Larbi (26/11/2019) Abdellah Benaoum (09/12/2019) Yacine Khaldi (09/12/2019) 3/ Tlemcen : Yazid Haddou (16/10/2019) Mohamed Sbahi (2019) 4/ Mostaganem : Oussama Tifour (12/10/2019) Bilal Menadi (01/12/2019) Abdelhafid Ferah (32/12/2019) 5/ Chlef : Toufik Hassani (06/03/2019) 6/ Biskra : Ali Rabehi (16/03/2020) Okba Mouaouka (31/03/2020) Fahd Nouari (02/04/2020). 7/Saïda : Elhachemi Houari (07/02/2020) 8/ Ain Temouchent : Hicham Sahraoui (24/02/2020) 9/ Médéa : Rafik Diaf (16/01/2020) Smail Guerba (janvier 2020) 10/ Tebessa : Aziz Bekakria (02/02/2020) 11/ Bordj Bou Arreridj : Laalami Chems Eddine dit Brahim (21/11/2019) et Cherif Ghessoul (24/08/2019).

Laissez un commentaire