IMG-LOGO
Accueil À la Lutte Détenus en grève de la faim : chantage aux soins médicaux à la prison El Harrach
Publié le : 10 Février, 2022 - 15:00 Temps de Lecture 2 minute(s) 403 Vue(s) Commentaire(s)

Détenus en grève de la faim : chantage aux soins médicaux à la prison El Harrach

IMG

L’administration pénitentiaire par le biais des chefs d’établissement vient de franchir une nouvelle étape dans l’atteinte aux droits des détenus, ceux notamment, en grève de la faim depuis le 28 janvier dernier. C’est ce qu’a révélé un membre du Collectif de défense, Me Fatiha Rouibi dans un post sur sa page Facebook, ce jeudi.

Selon cette dernière, en effet, la direction de la prison El Harrach aurait exercé « un chantage aux soins » pour obliger les détenus d’opinion dont l’état de santé s’est considérablement détérioré consécutivement à leur grève de la faim, à renoncer à leur action.

« J'ai rendu visite à plusieurs détenus d'opinion en grève de la faim depuis 14 jours, dont Boussif Mohamed Boudiaf, Hassan Bouras, Fathi Gheras et Islam Tebbouche. Leur état de santé est gravement détérioré, en particulier l'activiste Islam Tabboush, qui souffre d'une maladie cardiaque", raconte l'avocate. Et de poursuivre: "D’après ce qu'ils m'ont dit, les détenus ont refusé hier, de mesurer leur tension artérielle et leur glycémie en raison de l'intransigeance des autorités à ignorer toutes leurs ‘’revendications légitimes’’ et de leur maintien en détention arbitraire pour des raisons politiques évidentes».

Mais "le plus grave", selon elle, c'est que "l'administration pénitentiaire s'emploie à les priver de tout traitement à moins qu'ils ne renoncent à la grève comme condition préalable ».

Sachant que ce type d’intimidation existait déjà dans les prisons, mais c’est la première qu’une telle affaire éclate au grand jour. En plus, ça se passe dans un prison qui se trouve, depuis plusieurs mois, sous les feux des projecteurs, du fait qu’elle abrite le plus grand nombre de détenus du mouvement populaire (Hirak), parmi lesquels le coordinateur national du Mouvement Démocratique et Social, Fethi Ghares, condamné à deux ans d'emprisonnement "à cause de ses activités politiques".

Laissez un commentaire

S'abonner à notre Bulletin d'Informations

Chaque week-end, recevez le meilleur de l'actualité et une sélection d'événements en vous inscrivant à notre bulletin d'informations.