IMG-LOGO
Accueil À la Lutte Disparition de Karim Tabou et des militants de RAJ : la Laddh appelle le pouvoir à de la clairv...
Publié le : 27 Septembre, 2019 - 17:00 Temps de Lecture 3 minute(s) 1601 Vue(s) Commentaire(s)

Disparition de Karim Tabou et des militants de RAJ : la Laddh appelle le pouvoir à de la clairvoyance et à la retenue

IMG

Interpellés hier par des agents civils à Alger-centre, les deux militants de RAJ, Karim Boutata et Ahcene Kadi, n’ont donné aucun signe de vie depuis leur arrestation. L’association RAJ, à laquelle appartiennent ces deux jeunes militants, assure «n’avoir aucune information sur les lieux de leur détention et s’inquiète de leur disparition». «Karim Boutata a été interpellé au niveau d’une cafétéria près de la rue Abane Ramdane alors que Kadi Ahcene l’était au niveau du café Milk Bar à Alger-centre. Depuis, nous n’avons aucune information sur leurs lieux de détention et aucune information au niveau des commissariats d'Alger-centre. Ces interpellations arbitraires sont une énième atteinte aux droits des Algérien.ne.s à la libre circulation et à la libre expression. Au lieu de prendre des mesures d’apaisement, le pouvoir réel renforce les mesures de répression», dénonce RAJ, dans un communiqué rendu public hier soir.

Idem pour le Coordinateur national de l’UDS, Karim Tabou, embarqué près de chez lui, hier aussi, à Douira, dans la banlieue d’Alger. Alors que certains de ses proches politiques, pensaient qu’il s’agissait d’une simple procédure liée à sa mise en liberté provisoire, sa famille a fini par démentir l’information, dans un communiqué diffusé hier dans la soirée. «Karim Tabou a été une nouvelle fois arrêté devant sa femme et ses enfants par des individus en civil. Il a été conduit, jusque-là, vers une destination inconnue. Le tribunal de Kolèa, saisi par l’un des avocats de la défense a confirmé ne pas avoir été informé ni de l’arrestation ni de l’endroit de cette détention. Rappelons qu’après avoir retrouvé ses enfants, Karim Tabou s’est vu confisqué son passeport par des éléments de la gendarmerie nationale. Nous n’avons aucune nouvelle de lui et nous ignorons toujours le sort réservé à notre fils», lit-on dans le communiqué de la famille de Karim Tabou.

La ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme, à travers son vice-président Saïd Salhi, se dit «inquiète de la montée de la répression du pouvoir et dénonce ces arrestations arbitraires qu’elle qualifie de "ciblées"». «Des arrestations arbitraires et ciblées ont eu lieu hier à Alger. Elles ont touchées des militants politiques et de la société civile. Tout en exprimant sa pleine solidarité avec les prévenus, la Laddh rappelle au gouvernement, ses obligations en matière de respect du droit interne, des instruments internationaux des droits humains contenus dans les conventions ratifiées par l'Algérie. Ces nouvelles arrestations arbitraires, contraires aux garanties légales et aux droits des citoyens, suscitent beaucoup de questions et d'inquiétudes», s’indigne la Laddh, dans son communiqué rendu public aujourd’hui.

Et à la Laddh de s’interroger : «qui a ordonné ces arrestations ? Quelle est la partie qui les a exécutés ? Quels sont les lieux de détention des prévenus ?» «Aucune Information n'a été donnée jusqu'à l'instant, ni à leurs familles, ni aux avocats ou proches. La Laddh, tout en appelant à la libération inconditionnelle des détenus et à l'ouverture du champs politique et médiatique, réitère à l'occasion sa demande de mesures d'apaisement et appelle le pouvoir, à sa tête le pouvoir réel, à la clairvoyance et à la retenue face à un mouvement populaire patriotique et résolument pacifique qui l'a démontré le long des sept mois», rappelle la Laddh.

Et de prévenir : «tout recours à la répression et à la contrainte est injustifié. Imposer par la force des élections présidentielles contre la volonté du peuple, exprimée majoritairement par le Hirak chaque vendredi, ne fera qu'exacerber les tensions et exposer le pays aux risques d'instabilité et menaces d'atteinte à la cohésion nationale et à la paix civile.»

Laissez un commentaire