IMG-LOGO
Accueil À la Lutte Disparition de la résistante Rabia Sellami
Publié le : 16 Novembre, 2020 - 16:25 Temps de Lecture 1 minute(s) 962 Vue(s) Commentaire(s)

Disparition de la résistante Rabia Sellami

IMG

Rabia Sellami, épouse de feu Mohamed Sellami s’est éteinte, ce lundi 16 novembre 2020, à l’âgé de 67 ans, à l’hôpital de Blida où elle était hospitalisée depuis plusieurs semaines, ont annoncé ses proches. Elle était atteinte par le Covid-19.

Issue de Haouch El GroS, un petit bourg situé à environ 5 kilomètres de Boufarik (Blida), Rabia Sellami était connue pour être la femme et le premier soutien de son époux, Mohamed Sellami, ce patriote qui a combattu les groupes terroristes armés à Blida et qui a été assassiné au cours d’un accrochage par le GIA, le 19 décembre 1995.

Résistante et combattante, elle continuera à lutter contre les intégristes après l’assassinat de son mari. «Chaque 19 décembre, elle commémorait la disparition de Mohamed Sellami avec ses camarades du PAGS, de ETTAHADI, du MDS du regretté Hachemi Chérif et du PLD, ainsi que les citoyens de Haouch El Gros», témoignent ceux qui l’on côtoyé tout au long de ces dernières années.

On se souvient encore de son coup de gueule en 1998, lorsqu’on lui a demandé ce qu’elle pensait de cette fameuse thèse du «Qui tue Qui ?». «Quand j'entends cette campagne qui s'est développée en Europe et qui jette le doute sur les véritables auteurs des massacres, je réponds, allez interroger les gens. Tout le monde a vu qui tuait. Même les enfants le savent. Ce sont les intégristes et parmi eux des voisins, des connaissances», avait-elle déclaré en 1998 au journal L’Humanité.

Rappelons que Rabia Sellami a été témoin d’une attaque terroriste perpétrée, en 1993, par Antar Zouabri, chef du GIA à l’époque. Rabia Sellami l’avait, d’ailleurs clairement identifié, c’était son voisin à Haouch El Gros.

Laissez un commentaire