IMG-LOGO
Accueil À la Lutte Face à la recrudescence du nombre de nouveaux cas de coronavirus : la vigilance, seul moyen de...
Publié le : 14 Juillet, 2020 - 19:20 Temps de Lecture 2 minute(s) 1175 Vue(s) Commentaire(s)

Face à la recrudescence du nombre de nouveaux cas de coronavirus : la vigilance, seul moyen de protection

IMG

Depuis le 14 juin dernier, date à laquelle le pays a amorcé le processus de déconfinement, plusieurs wilayas affichent des records dans le nombre de cas recensés.

Record de nouveaux cas, hôpitaux submergés, personnel médical dépassé …d’Alger à Biskra, en passant par Sétif et Constantine jusqu’à l’extrême sud du pays, la crise sanitaire du coronavirus s’accentue, entraînant le retour de certaines restrictions, entre autres, le maintien des frontières terrestres, aériennes et maritimes fermées jusqu’à nouvel ordre. Malgré cela, les pouvoirs publics s’entêtent à dire que la situation est «sous contrôle», ce qui n’a pas manqué de semer la confusion au sein d’une population qui ne croit pas les chiffres officiels.

En effet, depuis le 14 juin dernier, date à laquelle le pays a amorcé le processus de déconfinement, plusieurs wilayas affichent des records dans le nombre de cas recensés. C’est ainsi que Sétif apparaît comme le nouvel épicentre de l’épidémie; 51 morts en 48 heures, rapportent nos confrères du journal Liberté dans son édition du 11 juillet 2020. D’où aussi, le durcissement du confinement dans 18 communes de la wilaya ; la population appelée à rester cloîtrée chez elle, de 13 heures à 5 heures du matin, pendant 15 jours.

Dans la wilaya de Biskra, autre épicentre de l’épidémie, la situation est plus grave encore, car c’est dans cette wilaya qu’on a dénombré le plus de victimes du coronavirus parmi le personnel soignant et ce, en moins de 24 heures. Il s’agit de Mohamed Houhou, Samir Chebila et Mohamed Belhamra.

Les médecins appellent à la vigilance

L’Algérie semble plus que jamais incapable de faire face à la crise sanitaire du Coronavirus. À tel point que les officiels, à chaque fois que l’occasion leur est offerte, s’attaquent à la population en la qualifiant d’«irresponsable» et d’«indisciplinée». Pourtant, les appels des médecins à appliquer un confinement total dès le début de l’épidémie, à défaut de pratiquer des dépistages de masse, n’ont pas cessé. Aujourd’hui, ce sont ces médecins qui font face à la crise, en l’absence de moyens dans les infrastructures hospitalières. «Certains ont un moment d’amnésie, d’autres baissent carrément la garde», indiquent certains praticiens obligés de dire aux patients de rentrer chez-eux, car il n’y a pas de place à l’hôpital. C’est aussi pour cette raison aussi que le personnel médical, tous corps confondus, exerçant dans les secteurs public et privé, a opté pour la sensibilisation, allant jusqu’à poster des messages sur les réseaux sociaux. Aussi, appellent-ils les citoyens à plus de vigilance, en respectant les mesures de distanciation. «Aucun système de santé dans le monde, même celui des pays les plus développés, ne pourra faire face à cette pandémie, sans confinement ou dépistage de masse», estime Chaouki Bouledrouma, médecin dans un hôpital à Constantine. Sur son compte Facebook, il prévient : «chez nous, avec le laxisme de l’État, l'insouciance des gens, il faut s'attendre à un effondrement total de la prise en charge médicale d'ici une quinzaine de jours et peut-être moins, car le nombre de cas graves risque de tripler.»

Laissez un commentaire

S'abonner à notre Bulletin d'Informations

Chaque week-end, recevez le meilleur de l'actualité et une sélection d'événements en vous inscrivant à notre bulletin d'informations.