IMG-LOGO
Accueil À la Lutte Fethi Ghares, Coordinateur national du MDS : Nous avons à faire à un pouvoir délinquant
Publié le : 15 Octobre, 2020 - 23:00 Temps de Lecture 3 minute(s) 758 Vue(s) Commentaire(s)

Fethi Ghares, Coordinateur national du MDS : Nous avons à faire à un pouvoir délinquant

IMG

Son constat est sans appel, notamment après la condamnation, le 8 octobre dernier, du militant Yacine Mebarki, à 10 ans de prison ferme : «nous avons à faire à un pouvoir délinquant», a déclaré Fethi Ghares, coordinateur national du Mouvement Démocratique et Social (MDS).

Le 8 octobre dernier, le militant Yacine Mebarki, connu pour son engagement pour la cause amazigh, a été condamné par le tribunal de Khenchela à «10 ans de prison et 10 millions de dinars (un milliard de centime) d’amende». Il a été reconnu coupable d’«atteinte aux préceptes de l’islam, d’incitation d’un autre musulman à se convertir à une autre religion, de distribution de tracts qui visent à ébranler la foi d’un musulman et d’atteinte au prophète».

Cette condamnation, la plus sévère jamais prononcée contre un militant, a provoqué de nombreuses réactions qui ont fusé de toutes parts, y compris dans les médias étrangers.

En Algérie, les réactions ont été plus virulentes notamment au sein de la classe politique. L’on cite entre autres, le coordinateur national du Mouvement Démocratique et Social (MDS), Fethi Ghares. Son constat est sans appel : «nous avons à faire à un pouvoir délinquant», a-t-il déclaré dans une vidéo diffusée, hier (mercredi 14 octobre), sur sa page Facebook.

D’emblée, il a dira que : «Tebboune entame sa campagne électorale pour sa nouvelle constitution en incarcérant les manifestants du 5 octobre. Il envoit Yacine Mebarki en prison et le condamne à 10 ans de réclusion… ».

«‘’L’Algérie Nouvelle‘’ telle que nous l’a promet Abdelmadjid Tebboune, est celle de la prison, celle de la répression, de la division, de la ségrégation aussi, en privilégiant certains citoyens sur d’autres qui se croient aujourd’hui au-dessus des lois de la république», fustigera-t-il. Et de poursuivre sur un ton implacable : «si on décidait d’appliquer la constitution actuellement en vigueur, Tebboune et le pouvoir qui l’entoure iront en prison sans aucun équivoque. Nous avons à faire à un pouvoir délinquant, un pouvoir qui va jusqu’à piétiner la loi fondamentale de notre pays».

Sur l’affaire Mebarki, le coordinateur du MDS affirme sans détours, que le militant a été «emprisonné pas parce que c’est un Hirakiste, pas parce qu’il qu’il a manifesté, pas parce qu’il se trouvait dans un café...Mebarki a été emprisonné car il a été accusé d’athéisme».

Pour lui, «embrasser une religion qui n’est pas celle du pouvoir est une accusation, penser à l’Algérie est une accusation, faire valoir son droit à la liberté individuelle est une accusation, croire à quelque chose qui ne sied pas au pouvoir est une accusation !»,lance-t-il. Et de s’interroger : «comment peut-on alors, parler d’un referendum sur une constitution, dans un pays qui ne respecte même pas la vie privée des citoyens ?».

« Le changement viendra par le départ du régime»

À l’instar d’une grande majorité d’Algériens, le Coordinateur du Mouvement démocratique et Socialiste n’a aucun doute sur la manière que nous devons suivre pour une éventuelle sortie de crise. «Le 22 février 2019, les algériens ont compris qu’un véritable changement ne vient pas par la promulgation de plus de lois ou par un énième amendement de la constitution, mais par le départ du régime et l’instauration d’un État de droits où la notion de citoyenneté sera la même pour tous», estime-t-il.

Mais force est de constater qu’on en soit encore loin, pour Fethi Ghares qui affirme que le pouvoir en place «continue à piétiner ses propres lois, ne respecte pas sa propre constitution et fait ce qu’il veut». «Un pouvoir politique qui jette les citoyens en prison en raison de leurs idées, de leur opinion, de leur conscience, de leurs convictions, constitue un véritable danger pour l’Algérie», dénonce-t-il. Et d’ajouter : «si nous laissons faire ce pouvoir, il ira jusqu’à nous déposséder des acquis arrachés de haute luttes par des générations d’algériens».

Laissez un commentaire

S'abonner à notre Bulletin d'Informations

Chaque week-end, recevez le meilleur de l'actualité et une sélection d'événements en vous inscrivant à notre bulletin d'informations.