IMG-LOGO
Accueil À la Lutte France : Une étudiante algérienne dépose plainte pour ‘’agression et séquestration à l’intérieu...
Publié le : 23 Décembre, 2020 - 20:05 Temps de Lecture 2 minute(s) 3960 Vue(s) Commentaire(s)

France : Une étudiante algérienne dépose plainte pour ‘’agression et séquestration à l’intérieur du consulat d’Algérie à Créteil’’

IMG

Une jeune ressortissante algérienne vient de déposer plainte pour agression contre des agents de sécurité du consulat d’Algérie à Créteil (France). Cette dernière a, selon ses déclarations, «été violemment tabassée par deux agents de sécurité qui l’auraient séquestrée à l’intérieur du consulat d’Algérie à Créteil, lundi dernier». «Les violences physiques lui ont valu 8 jours d’ITT( incapacité temporaire de travail) », précise un membre de l’association Algeriens des deux rives et leurs amis (ADDRA) qui a relayé aussi l’information.

En effet, vivant déjà dans une extrême précarité, laquelle a été exacerbée par la pandémie du coronavirus, cette jeune étudiante en économie, âgée de 21 ans, s’était rendue au consulat d’Algérie dans l’espoir de trouver de l’aide. Une fois à l’intérieur, elle rencontre une assistante sociale qui lui dit qu’«elle ne peut rien faire pour elle».

Aussi, l’étudiante demande à voir le consul, mais à sa grande surprise, «elle est happée par deux agents de sécurité qui la conduisent dans des locaux situés au rez-de-chaussée du bâtiment avant d’être emmenée au parking où elle sera tabassée», explique-t-elle. Et d’ajouter : «je dois mon salut à quelqu’un du consulat qui a ouvert le portail du parking par lequel j’ai réussi à m’enfuir en faisant signe à une dame qui se trouvait à l’extérieur et qui m’a aidé.»

Aujourd’hui, la jeune étudiante souffre d’«une contusion au bras gauche et à la jambe gauche, une contusion lombaire et une autre abdomino-pelvienne», selon un certificat du médecin judiciaire dont nous détenons une copie. «Le climat dans les consulats en général est détestable et nous l’avons toujours signalé en vain», affirme le président de l’association ADDRA. Ce dernier explique, en effet, qu’«il y a un manque d’effectifs et un manque d’information fiable, notamment dans le contexte sanitaire actuel», tout en regrettant que «certaines catégories de ressortissants algériens déjà fragilisées par la situation économique et sanitaire se voient refoulées par leurs représentations diplomatiques».

Laissez un commentaire