IMG-LOGO
Accueil À la Lutte Grave dérapage du ministre de la jeunesse et des sports qui somme les algériens opposés à la no...
Publié le : 23 Octobre, 2020 - 18:00 Temps de Lecture 3 minute(s) 641 Vue(s) Commentaire(s)

Grave dérapage du ministre de la jeunesse et des sports qui somme les algériens opposés à la nouvelle constitution de quitter le pays

IMG

Pour beaucoup, ce dérapage verbal, est un énième indicateur du malaise qui règne en haut lieu, mais pas seulement : insulter le peuple n’est pas nouveau certes, mais cette pratique, s’est, semble-t-il, banalisée.

Oubliant sans doute qu’en tant que membre du gouvernement, il était tenu de garder un semblant de sang-froid mais surtout avoir un discours rassembleur, le ministre de la jeunesse et des sports, Sid Ali Khaldi s’est illustré, ce jeudi 22 octobre 2020, par un retentissant : «celui qui ne vote pas en faveur de la nouvelle constitution, n’a qu’à quitter le pays !».

En effet, dans le cadre de la campagne pour le référendum sur la nouvelle constitution prévu le 1er novembre prochain, le membre du gouvernement Djerrad a «effrontément» appelé ceux qui rejettent la constitution de carrément «quitter de pays». «À ceux-là nous dirons le 1er novembre que nous avons constitutionnalisé la déclaration du 1er Novembre 1954 pour la première fois depuis l’indépendance. Et celui qui ne vote pas en faveur de la nouvelle constitution n’a qu’à quitter le pays !», a-t-il lancé toute honte bue.

Pour beaucoup, ce dérapage verbal est un énième indicateur du malaise qui règne en haut lieu, mais pas seulement : insulter le peuple n’est pas nouveau certes, mais cette pratique, s’est, semble-t-il, banalisée. En effet, le peuple algérien s’est accoutumé du fait. L’on se souvient des propos de Amara Benyounes qui avait lancé cette fameuse phase, lors d’un meeting dans le cadre de la campagne électorale pour le 5ème mandat de Abdelaziz Bouteflika: «Naabou li ma yhabnach (on emmerde celui qui ne nous aime pas)».

Le secrétaire général de l’union générale des travailleurs algériens (UGTA), Abdelmadjid Sidi Said s’était, lui aussi, lancé dans une tirade interminable, où il avait sans aucune vergogne, injurié le peuple algérien. «Bhar aalihoum, naadin yemat yemahoum (que la religion de leur mère soit maudite)», avait-il lancé à l’adresse de ceux qui s’opposaient au cinquième mandat de Bouteflika. Tous, comme les anciens responsables sous Bouteflika, les propos de ceux qui nous gouvernent aujourd’hui ont provoqué un tollé de réactions sur la toile notamment, où des internautes se sont donnés à cœur joie pour brocarder dans des termes peu amènes le ministre de la jeunesse et des sports. D’autres, en revanche, ont qualifié cette énième mépris d’un des membre du gouvernement de «graves», et ont appelé à porter plainte contre lui pour «atteinte à l’unité nationale» . Le journaliste indépendant Mehraz Rabia a, quant à lui, écrit sur son compte Facebook ceci : «Le discours politique de l’Algérie nouvelle dans toute sa splendeur (Le crash programmé) : Un ministre a pour devoir d’être rassembleur». Il enchaîne : «le pouvoir est une lourde responsabilité qui implique le respect du devoir mais aussi et avant tout le respect du peuple dans sa diversité, ses divergences et ses différences». «Monsieur le ministre : le pouvoir, l’exercice du pouvoir et les rites du pouvoir ne devraient en aucun cas vous faire perdre votre lucidité : vous êtes au service du peuple et non de vos disciples. L’ère de l’allégeance est sensé être révolue depuis la chute d’un certain cadre au pouvoir absolu» , lui rappelle-t-il.

Enfin, du côté de la classe politique, l’on soulève la réaction catastrophée de certains chefs de partis qui se sont dits «choqués», par les propos du ministre, à l’image de la présidente du parti de l’Union pour le Changement et le progrès (UCP), Zoubida Assoul, qui a rappelé à Sid Ali Khaldi que : «tous ceux qui ont zélé pour soutenir le système contre le peuple leurs fins doit vous servir de leçon». «C’est inacceptable qu’un ministre comme celui de la jeunesse et des sports représente l’état algérien après de telles déclarations. Il veut semer le trouble car l’Algérie appartient à tous les algériens avec leurs différences et leurs idéologies», fustige-t-elle encore sur son compte Facebook, ce vendredi.

Laissez un commentaire