IMG-LOGO
Accueil À la Lutte Jean-Luc Mélenchon dénonce l’interpellation de la député Mathilde Panot à Béjaïa
Publié le : 02 Octobre, 2019 - 14:00 Temps de Lecture 3 minute(s) 663 Vue(s) Commentaire(s)

Jean-Luc Mélenchon dénonce l’interpellation de la député Mathilde Panot à Béjaïa

IMG

«Le groupe parlementaire insoumis proteste contre l'interpellation à Bejaïa en Algérie de sa co-présidente Mathilde Panot et de ses accompagnateurs», dénonce Jean-Luc Mélenchon, Président de La France Insoumise, parti français de gauche radicale, sur son compte facebook officiel.

En visite de solidarité avec le peuple Algérien qui lutte pacifiquement depuis plus de sept mois pour le changement radical du système, Mathilde Panot, députée de La France Insoumise, attendue aujourd’hui dans la commune de Chemini (Béjaïa) où elle devait animer une conférence publique, a aussi participé dans la marche des étudiants organisée hier, mardi, à Béjaïa. «Je suis en Algérie pour une visite privée et non officielle. Je suis venue, en tant que militante de la révolution citoyenne, afin de rencontrer les acteurs et les actrices de ce mouvement populaire extraordinaire et apporter la solidarité internationale, comme on a l’habitude de faire pour tous les mouvements progressistes où qu’ils soient dans le monde», déclare-t-elle pour l’Aavant-Garde Algérie, rencontrée hier en marge du 32ème mardi des manifestations des étudiants à Béjaïa.

Sauf que les choses ne se sont pas passées comme prévu. Repérée par les services de la sécurité, elle a été interpellée en compagnie de son suppléant, Mourad Tagzout, originaire de Béjaïa, élu de la France Insoumise lui aussi, qui l’accompagne durant son séjour. Ils ont été sommés de quitter Béjaia vers Alger. Le voyage a été effectué, sous escorte, jusqu’à la Capitale. Arrivés dix heures plus tard, ils ont rejoint leur hôtel Algérois où «ils sont assignés à résidence surveillée», indique le militant et journaliste, Mohand Bakir, membre de la France insoumise d’origine algérienne et ami de la députée française et de son suppléant Mourad Tagzout. «Dix heures plus tard, ils sont placés en séjour surveillé à Alger sans connaître les intentions pour la suite de ceux qui les ont contraints à ce retour sous escorte», s’indigne encore Jean-Luc Mélenchon.

Mohand Bakir ne cache pas ses craintes. «Probable expulsion ou arrestation durant la nuit de Mathilde Panot, Mourad Tagzout et leurs deux accompagnateurs», annonce-t-il sur sa page facebook. Contacté ce matin par l’Avant-Garde Algérie, Mourad Tagzout «assure qu’ils vont bien et qu’ils sont encore dans leur hôtel, qu’ils n’ont pas quitté depuis leur arrivée à Alger».

La conférence que devait animée la députée française dans la commune de Chemini a été interdite. Jean-Luc Mélenchon «appelle l’État algérien à respecter la libre circulation de sa député et de son équipe». «Le groupe parlementaire déplore l'interruption forcée du programme de rencontres de Mathilde Panot et de son équipe. Il demande la garantie de leur sûreté et le respect de leur liberté de circuler».

Le sort de Mathilde Panot et de son équipe n’est pas encore connu. Aucune communication officielle de l’État algérien n’a été faite, jusque-là.

Considérée parmi les députés les plus actifs de l’Assemblée nationale Française (ANF), Mathilde Panot, 30 ans, est élue députée de la 10e circonscription du Val-de-Marne, le dimanche 18 juin 2017. Elle est aussi membre de la commission développement durable. Élue à l’unanimité, le 18 Juin dernier, elle devient vice-présidente du Groupe parlementaire de La France Insoumise à l’ANF.

Interview accordée, hier à Béjaïa, par Mathilde Panot pour l’Avant-Garde Algérie

Laissez un commentaire