IMG-LOGO
Accueil À la Lutte Karim Tabou placé sous mandat de dépôt
Publié le : 12 Septembre, 2019 - 22:00 Temps de Lecture 2 minute(s) 1631 Vue(s) Commentaire(s)

Karim Tabou placé sous mandat de dépôt

IMG

Interpellé par des agents civils, hier, près de chez lui à Douira (banlieue d’Alger), Karim Tabou a été présenté ce matin devant le procureur de la république près la justice de Kolèa (wilaya de Tipaza), à l’est d’Alger. Après l’avoir interrogé, ce dernier a décidé de l’envoyer devant le juge d’instruction, lequel a décidé de sa mise sous mandat de dépôt cet après-midi.

Accusé d’«atteinte à la morale de l’armée», Karim Tabou, porte-parole et fondateur de l’Union démocratique et social (UDS), parti non agréé par l’État, passera, ce soir, sa première nuit en prison. Cette accusation, utilisée par Gaïd Salah afin d’en finir avec ses détracteurs, relève du criminel, selon l’article 75 du code pénal. «Karim Tabou risque jusqu’à 10 ans de prison ferme», explique l’un de ses avocats, Salah Abderrahmane, qui s’est référé audit article.

Réagissant, avant l’annonce du verdict du juge d’instruction, à l’arrestation de son fils, le père de Karim Tabou s’est dit «très heureux de la large solidarité dont bénéficie l’affaire de son fils». Mr Tabou a appelé «au calme et à ne pas répondre aux provocations du pouvoir».

L’interpellation ainsi que l’emprisonnement de Karim Tabou a suscité un tollé de réactions sur les réseaux sociaux. Ils sont des millions à dénoncer cette énième atteinte à la liberté de l’exercice politique.

Plusieurs personnalités politiques, organisations de défense des droits humains et partis politiques se sont joints au mouvement d’indignation contre l’emprisonnement de Karim Tabou. «La justice aux ordres par le biais du tribunal de Koléa vient, en effet, de prononcer son mandat de dépôt au motif de "l'atteinte au moral de l'armée". Ainsi, l'agenda antinational confié à Gaïd Salah pour son exécution se dévoile un peu plus. Il s'agit ni plus ni moins que de faire taire tous les opposants à un simulacre de transfert de pouvoir par une présidentielle voulue sur mesure par ses parrains de l'ombre à l'intérieur comme à l'extérieur du pays», dénonce le RCD dans un communiqué rendu public aujourd’hui.

Et au RCD d’affirmer : «le RCD demeure convaincu qu'aucune solution qui consiste à résoudre la crise du système ne peut être imposée au peuple algérien mobilisé.»

Dans l’hexagone, un rassemblement de solidarité avec Tabou a été organisé, cette fin d’après-midi, par la diaspora devant l’Ambassade d’Algérie à Paris malgré son non autorisation par les autorités françaises.

Pour rappel, Karim Tabou n’est pas le seul a être emprisonné pour ce motif. L’ancien général à la retraite, Hocine Benhadid, ainsi que le révolutionnaire, Lakhdar Bouragaa, l’ont été, eux aussi, en pleine révolution pacifique du peuple. Ils sont encore dans la prison d’El Harrach.

Laissez un commentaire