IMG-LOGO
Accueil À la Lutte Khaled Ayad, victime de la décennie noire, poursuivi pour ''terrorisme'' selon l'article 87 bis...
Publié le : 27 Mai, 2022 - 15:00 Temps de Lecture 2 minute(s) 375 Vue(s) Commentaire(s)

Khaled Ayad, victime de la décennie noire, poursuivi pour ''terrorisme'' selon l'article 87 bis du code pénal!

IMG

Son incarcération est non seulement « arbitraire» mais surtout « saugrenue ». Et pour cause: Khaled est lui-même une victime de la décennie noire. « Son père, policier en service, a été assassiné par les groupes terroristes armés en 1995. Khaled Ayad n’avait alors que deux ans», affirme son avocate.

Il est l’un des détenus d’opinion dont on parle que très peu ou pas du tout, car il ne s’agit pas d’un cas isolé. Il fait partie en effet de ces dizaines de jeunes militants du Hirak à travers le pays, injustement poursuivis en vertu du très controversé article 87 bis du code pénal. Un article allégrement utilisé par le pouvoir en place comme moyen de répression contre toute forme d’opposition.

Selon l’avocate Meriem Chekirine et membre du Collectif de défense des détenus d’opinion, Khaled Ayad, un jeune étudiant inscrit en Master 2 en électronique à l’université de Médéa, est en détention préventive depuis fin 2021. Ainsi, l’avenir du jeune homme est mis en suspens depuis presque six mois, pour des faits qui n’ont en réalité aucun fondement, comme d'ailleurs beaucoup de citoyens d'algériens comme lui, qui se sont retrouvés derrière les barreaux pour « terrorisme », mais que la justice- cette même justice qui a instruit ces accusations fallacieuses à leur encontre- a finalement abandonné.

Pour beaucoup d’observateurs, des militants des droits humains notamment, l’incarcération de l'étudiant est non seulement « arbitraire» mais surtout « saugrenue ». Et pour cause: Khaled est lui-même une victime de la décennie noire. « Son père, policier en service, a été assassiné par les groupes terroristes armés en 1995. Khaled Ayad n’avait alors que deux ans », affirme son avocate.

Selon Me Chekirine, il y a même une école à Médéa et une autre à Tebessa qui portent son nom, en l’occurrence Laid Ayad. Mais l’histoire de cette famille ne s’arrête pas là puisque « son grand-père maternel Abderahmane Mahrras, est Chahid de la révolution ».

Khaled Ayad est actuellement en détention à la maison d’arrêt Harrach (Alger), en attendant son jugement.

Laissez un commentaire