IMG-LOGO
Accueil À la Lutte La pression s’accentue sur les médias : Belhimer menace France24 de ‘’retrait définitif’’ de s...
Publié le : 14 Mars, 2021 - 21:30 Temps de Lecture 2 minute(s) 453 Vue(s) Commentaire(s)

La pression s’accentue sur les médias : Belhimer menace France24 de ‘’retrait définitif’’ de son accréditation

IMG

La pression qu’exerce le pouvoir algérien depuis le début de la révolution populaire s’est encore une fois illustrée hier par un communiqué signé par le ministre de la Communication, Amar Belhimer, où ce dernier avertit, une dernière fois, la chaîne de télévision internationale France24 de «retrait définitif d’accréditation» à cause, selon lui, de son «parti pris flagrant» dans la couverture des marches du vendredi. «Le parti-pris de France24 dans la couverture des marches du vendredi est flagrant, allant jusqu’à recourir sans retenue aucune à des images d’archives pour les antidater afin de porter secours à résidu antinational constitué d’organisations réactionnaires ou séparatistes, aux ramifications internationales», indique le communiqué.

Le ministre de la Communication et porte-parole du Gouvernement a convoqué le bureau de France24 accrédité à Alger, pour lui signifier sa désapprobation quant à sa ligne éditoriale allant jusqu’à la qualifier d’«activité subversive, illustrée par des pratiques peu professionnelles hostiles à notre pays», précise le communiqué. «La ligne éditoriale de France 24 est construite sur les slogans hostiles à notre pays, son indépendance et sa souveraineté, ses services de sécurité et à son Armée nationale populaire», estime-t-on. Et de poursuivre : «Elle s’efforce de régénérer coûte que coûte ces "bouleversements préfabriqués" contre-révolutionnaires fomentés par des ONG ayant pignon sur rue à Paris et dans d’autres capitales européennes».

«Nous n’avons pas de parti pris»

Face aux accusations des pouvoirs publics algériens, le directeur de France 24, Marc Saikali a assuré que la chaîne n’«a pas de parti pris et encore moins d’agenda quelconque destiné à nuire à qui que ce soit». «Nous essayons de faire notre travail le plus honnêtement possible. Nous faisons juste notre travail de journalistes dans le respect des règles en vigueur», a-t-il affirmé l’AFP.

Rappelons qu’un journaliste de France24 a été violemment pris à partie vendredi dernier, lors de la marche populaire, à Alger-Centre. D’autres journalistes indépendants ont également été agressés par un groupuscule non identifié, alors qu’ils assuraient la couverture des manifestations.

Laissez un commentaire

S'abonner à notre Bulletin d'Informations

Chaque week-end, recevez le meilleur de l'actualité et une sélection d'événements en vous inscrivant à notre bulletin d'informations.