IMG-LOGO
Accueil À la Lutte Lakhdar Bouragaâ au juge d’instruction : je refuse de vous répondre car votre justice n’est pas...
Publié le : 22 Octobre, 2019 - 17:15 Temps de Lecture 2 minute(s) 6600 Vue(s) Commentaire(s)

Lakhdar Bouragaâ au juge d’instruction : je refuse de vous répondre car votre justice n’est pas indépendante et votre système est illégitime

IMG

Son audition dans le fond a eu lieu aujourd’hui, 22 octobre 2019, devant le juge d’instruction du tribunal de Bir Mourad Raïs. Ses avocats ont quitté ce dernier sidérés par le courage et la détermination du révolutionnaire et l’un des symboles de la guerre de libération nationale, Lakhdar Bouragaâ. Ils confient qu’«il a refusé de répondre aux questions du juge d’instruction». «Je ne vous répond pas, lance Lakhdar Bouragaâ au juge d’instruction. Je ne vous répond pas car votre justice n’est pas indépendante et votre système est illégitime», témoigne Me Zoubida Assoul, l’une des nombreuses avocates et avocats qui ont pris la défense, aujourd’hui, de Lakhdar Bouragaâ au tribunal de Bir Mourad Raïs. «Lakhdar Bouragaâ, poursuivi pour ses déclarations lors de la première rencontre des forces de l’alternative démocratique, le 26 juin dernier, a refusé de répondre aux questions d’une justice qui fonctionne encore sous les ordres», précise l'avocate.

Les avocats assurent qu’ils n’ont pas été informés de la programmation de l’audience de Bouragaa. «Nous n’avons pas été informés. Nous avons pris connaissance de cette programmation via les réseaux sociaux», s’indigne Me Nabila Smail, présente aujourd'hui au tribunal.

Pour rappel, Lakhdar Bouragaâ a été placé sous mandat de dépôt, le 30 juin dernier, par la juge d’instruction du même tribunal. Accusé de «participation, en temps de paix, à une entreprise de démoralisation de l’armée ayant pour objet de nuire à la défense nationale et à un corps constitué», il est à son 115ème de détention à la prison d’El Harrach.

Lakhdar Bouragaa a, même, refusé d’être libéré. Il a déclaré à ses avocats qu'«il refuse de quitter la prison sans la libération de tou.te.s détenu.e.s politiques et d’opinion, notamment les manifestants et les personnes emprisonnées pour port du drapeau Amazigh».

Laissez un commentaire