IMG-LOGO
Accueil À la Lutte Le fondateur du MAK, Ferhat Mehenni, condamné pour la deuxième fois à la perpétuité
Publié le : 25 Novembre, 2022 - 12:30 Temps de Lecture 2 minute(s) 350 Vue(s) Commentaire(s)

Le fondateur du MAK, Ferhat Mehenni, condamné pour la deuxième fois à la perpétuité

IMG

Le fondateur du mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK), Ferhat Mehenni, célèbre artiste-chanteur engagé et militant démocrate kabyle, a été condamné par contumace à « la perpétuité », hier jeudi 24 novembre, par le tribunal criminel de Dar El Beïda (Alger).

La même sentence a été infligée à quatre autres membres du mouvement qui, rappelons-le, est classé « organisation terroriste » et mis en cause dans l’affaire de Djamel Bensmail, assassiné le 11 août 2021, à Larbaa Naît Irathen, après avoir été accusé par la police qui l'avait interpellé à tord d’être l’un des pyromanes à l’origine des incendies qui ont ravagé les forêts de la wilaya de Tizi Ouzou, durant l’été 2021. Des accusations qu'a catégoriquement réfuté Ferhat Mehenni et son mouvement qui accusent le régime algérien de «pyromanie et d'avoir tué le jeune artiste Djamel Bensmail pour embraser la Kabylie ».

Une cinquantaine de personnes, jugée dans la même affaire, a été condamnée à des peines allant de « deux à dix ans de réclusion criminelle ». 49 autres ont écopé de la « peine de mort ».

Par ailleurs, les accusés ont également été condamnés à « verser 20 millions de dinars à la famille de Djamel Bensmail, 10 millions de dinars de dédommagement à Algérie Telecom, 5 millions de dinars au trésor public, et enfin 3 millions de dinars au propriétaire du véhicule saccagé, duquel la victime a été extraite de force par la foule ».

Pour rappel, Ferhat Mehenni a été condamné le 14 octobre et le 19 novembre, dans deux affaires différentes, respectivement à « 20 de réclusion criminelle » et à « la perpétuité » pour *« actes de terrorisme et destruction visant la sûreté de l’État »*, « constitution d'une organisation terroriste », « atteinte à l’unité nationale » et « incendies volontaires », entre autres, toujours en lien avec les incendies qui ont ravagé la Kabylie en 2021.

Les deux jugements ont, faut-il le souligner, été prononcés par contumace par le tribunal criminel de Dar El Beïda. Ferhat Mehenni est en exil en France depui 2010 et où il a bénéficié du statut de réfugié politique.

Laissez un commentaire

S'abonner à notre Bulletin d'Informations

Chaque week-end, recevez le meilleur de l'actualité et une sélection d'événements en vous inscrivant à notre bulletin d'informations.