IMG-LOGO
Accueil À la Lutte Le PAD prend l’exemple de la Tunisie et met en garde le pouvoir contre sa politique de répressi...
Publié le : 28 Janvier, 2021 - 14:10 Temps de Lecture 2 minute(s) 1126 Vue(s) Commentaire(s)

Le PAD prend l’exemple de la Tunisie et met en garde le pouvoir contre sa politique de répression et son agenda électoraliste obsolète

IMG

Dans un communiqué rendu public, mercredi 27 janvier 2021, les forces du Pacte pour l’alternative démocratique (PAD), se disent *«préoccupées» par les derniers événements survenus sur la scène politique nationale et internationale, en Tunisie notamment.

Pour les forces du PAD, cette situation, ajoutée à «l’absence et à l’opacité qui entoure la maladie de Tebboune, fragilise l’État et complique l’émergence d’une perspective sérieuse à la hauteur des défis majeurs qu’affronte notre pays». «Cette situation révèle surtout, l’inexistence d’une volonté réelle à prendre en charge les revendications légitimes du peuple algérien et d’une démarche transparente de sortie de la crise politique que vit notre pays depuis le Hirak du 22 février 2019», expliquent-elles.

Pour preuve, les forces du PAD rappellent la persistance du pouvoir à réprimer la révolution populaire «en aggravant les peines arbitraires contre les militants de la révolution citoyenne et démocratique dont près d’une centaine croupit encore dans les prisons». «C’est en ce moment que le pouvoir instrumentalise la justice pour s’autoamnistier», soutiennent-elles. Et d’ajouter : «l’état d’urgence de fait imposé contre les droits et libertés depuis avril 2019 criminalise tout débat public serein ou action politique légale».

Le PAD estime que l’organisation de nouvelles élections, en dépit de l’échec du référendum constitutionnel du 1er novembre, «ne fera qu’accentuer l’impasse politique».

Aussi, rappellent-il que «le préalable à toute issue démocratique demeure dans la libération immédiate des détenus politiques et d’opinion, la levée des entraves aux libertés publiques, la libération des champs politique et médiatique».

Enfin, les forces du PAD réitèrent leur appel à «une période de transition indépendante vouée à un processus constituant souverain qui permettera de démanteler les mécanismes du système autoritaire mafieux et de jeter les jalons d’un État civil démocratique et social, gouverné par la seule souveraineté populaire».

Laissez un commentaire