IMG-LOGO
Accueil À la Lutte Le procès de l’assassinat de Djamel Bensmaïl s’ouvre lundi 19 juillet
Publié le : 28 Juin, 2022 - 11:30 Temps de Lecture 2 minute(s) 509 Vue(s) Commentaire(s)

Le procès de l’assassinat de Djamel Bensmaïl s’ouvre lundi 19 juillet

IMG

Le 11 aout 2021, l’Algérie était frappée par l’horreur : Djamel Bensmaïl, jeune militant du Hirak a été lynché puis brulé par une foule hystérique, sur la place de la ville de Larbaa Nait Irathen, dans la wilaya de Tizi Ouzou. Le 19 juillet prochain, s’ouvre le procès des auteurs présumés de ce crime ignoble, devant le tribunal criminel de Dar El Beïda (Alger).

C’est une date qui restera gravée dans les mémoires à jamais. Le 11 aout 2021, une foule hystérique s’en est mortellement prit au jeune Djamel Bensmaïl qu'on soupçonnait, à tort, d’avoir provoqué les incendies qui se sont déclarées la veille dans les forêts de Tizi Ouzou. La victime a été lynchée puis brulée en plein centre-ville de Larbaa Nait Irathen.

Lundi 19 juillet, et pendant plusieurs jours, plus de 300 personnes soupçonnées d’avoir pris part au crime, seront jugés devant le tribunal criminel de Dar El Beïda (Alger).

Actuellement en détention préventive à la prison de Koléa, les prévensus dont certains, faut-il souligner, ont non seulement été faussement incriminés mais aussi médiatiquement lynchés alors qu'ils n'avaient aucun lien avec les évenements "orchéstrés" par le pouvoir afin d'isoler la Kabylie des autres régions du pays, sont poursuivis pour de lourdes charges, entre autres, « actes de terrorisme et de sabotage visant la sécurité de l'État, l'unité nationale, la stabilité des institutions et leur fonctionnement normal, en semant la terreur parmi la population et en créant une atmosphère d'insécurité par des agressions morales et physiques contre les personnes », « mise en danger de la vie d’autrui », « homicide volontaire avec l’intention de tuer », « agression ayant pour but de porter atteinte à l’unité nationale », « association de malfaiteurs dont le but de commettre des crimes », « agression dont le but est le sabotage dans un ou plusieurs domaines », « création, d'une organisation dont le but est de commettre des actes subversifs », « atteinte à l'intégrité de l’État », « violence contre les agents de la force publique dans l'exercice de leurs fonctions », « discrimination, discours de haine » et « réception de fonds de l'extérieur du pays dans le cadre d'un groupe ou d'une organisation dans l'intention de mener des actions portant atteinte à la sécurité de l'État, à l'unité nationale et à l'intégrité territoriale en application d'un plan orchestré à l'intérieur et à l'extérieur du pays ».

Face à eux, la famille de la victime sur le banc de la partie civile qui, aujourd’hui, encore pleure la perte horrible et prématurée de leur fils. Un militant actif du Hirak agé de 36 ans et un artiste accompli, venu de Meliana ( wilaya de Ain Defla) pour apporter son aide à la population de la région de Tizi Ouzou.

Laissez un commentaire