IMG-LOGO
Accueil À la Lutte L’enterrement de Lakhdar Bouragaâ aura lieu aujourd’hui à 15h, au cimetière de Sidi Yahia à Alg...
Publié le : 05 Novembre, 2020 - 14:00 Temps de Lecture 2 minute(s) 615 Vue(s) Commentaire(s)

L’enterrement de Lakhdar Bouragaâ aura lieu aujourd’hui à 15h, au cimetière de Sidi Yahia à Alger (famille)

IMG

La famille du révolutionnaire Lakhdar Bouragaâ a démenti dans un communiqué rendu public, ce matin, l’information donnée hier par l’ENTV sur le lieu de l’enterrement du défunt. Cette dernière a, pour rappel, annoncé dans son journal télévisé que «Bouragaâ allait être enterré aujourd’hui, au carré des Martyrs à El Alia», ce qu’a nié sa famille. «Lakhdar Bouragaâ sera enterré, selon sa volonté, aujourd’hui, après la prière d’El Asr (15h), au cimetière de Sidi Yahia à Alger», affirme le fils de Bouragaâ, Hani, sur sa page facebook. Et d’ajouter : «la famille Bouragaâ dément toutes les fausses informations communiquées par les différents médias qui affirment qu’il le sera au carré des martyrs d’El Alia.»

Hospitalisé depuis plus d’une semaine après avoir été touché par la Covid-19, «Lakhdar Bouregaâ a rendu l’âme hier soir à l’âge de 87 ans, à Alger»*

Commandant historique de la zone II de la wilaya IV, homme d’opposition et l’un des premiers à soutenir la révolution du peuple, Lakhdar Bouragaâ a été emprisonné par Gaïd Salah pendant six mois, avant qu’il ne soit remis en liberté le 2 janvier dernier. Il a été, rappelons-le, accusé de «démoralisation des troupes de l'armée».

«L’ENTV, qui s’est précipitée à donner la nouvelle en affirmant qu’il sera enterré au carré des martyrs, était la première à dénigrer le révolutionnaire, arrivant jusqu’à le qualifier de faux moudjahid, de serviteur de la France, de quelqu’un qui a usurpé l’identité d’un vrai révolutionnaire et ce, le jour-même de son interpellation, le 30 juin 2019, sous ordre de Gaïd Salah».

Né le 15 mars 1933 à El Oumaria, dans la wilaya de Médéa, Lakhdar Bouregaâ rejoint l’ALN en 1956 et devient chef de la zone II de la wilaya IV, entre 1959 et 1960. Il accompli son devoir de libérateur du pays comme adjoint du chef de la wilaya IV, Youcef Khatib, et ce, jusqu’à la fin de la guerre de libération.

Laissez un commentaire