IMG-LOGO
Accueil À la Lutte Les forces de l’ordre empêchent le 44ème vendredi à Tiaret
Publié le : 20 Décembre, 2019 - 17:30 Temps de Lecture 2 minute(s) 2672 Vue(s) Commentaire(s)

Les forces de l’ordre empêchent le 44ème vendredi à Tiaret

IMG

C’est le reflet opposé des mesures d’apaisement dont a parlé Tebboune lors de son investiture et pour lesquelles les médias ne cessent de faire l’éloge. Après la répression féroce qu’ont subi les habitants d’Oran au lendemain de son "élection" et la condamnation ainsi que la mise en détention provisoire de plusieur.e.s militant.e.s, notamment à Tlemcen et à Alger, le pouvoir a réussi, aujourd’hui, à empêcher la 44ème marche du vendredi dans la wilaya de Tiaret.

Dès le matin, les trois lieux principaux où se rassemblent habituellement les manifestants avant l’entame de la marche, à savoir la place des martyrs, la place Regina et le périphérie sud de la ville, au niveau du stade Gaïd Ahmed, ont été encerclés et barricadés par un dispositif impressionnant de policiers en civil, de policiers anti-émeutes et des éléments du BRI. «Les forces de l'ordres ont installé un climat de terreur à Tiaret. Elles dispersaient les groupes des manifestants qui arrivaient sur les trois lieux en question. Elles les menaçaient de quitter vite les lieux au risque de se faire arrêter. C’était impossible pour nous de nous réunir et de manifester, surtout que beaucoup de Hirakistes de Tiaret sont partis manifester par solidarité à Oran. Nous n’étions pas préparés pour une telle situation. Le pouvoir a réussi à avorter la marche d’aujourd’hui dans notre région», témoignent des militants locaux, joints par l’Avant-Garde Algérie.

Décidément, le pouvoir en place fait tout pour étouffer le mouvement et l’affaiblir. Pour lui, il n’est plus question que le Hirak continue à exister. Cela risque de mettre en péril sa pérennisation. Mais le mouvement populaire qui entre dans son dixième mois de contestation n’a pas encore dit son dernier mot. La semaine dernière, une trentaine de manifestants ont été interpellés à Tiaret. Ils n’ont été libérés que très tard dans la soirée. Cette fois-ci, le pouvoir a réussi à faire un pas de plus en interdisant la manifestation du vendredi. Que fera-t-il la prochaine semaine ? «Les hirakistes de Tiaret appellent tous les algériens à venir manifester par solidarité dans leur ville, le prochain vendredi», alerte un militant de la région.

Laissez un commentaire

S'abonner à notre Bulletin d'Informations

Chaque week-end, recevez le meilleur de l'actualité et une sélection d'événements en vous inscrivant à notre bulletin d'informations.